Posté le 19 juin 2012 par Cédric Locqueneux dans Domotique
 
 

La VoIP: petite présentation

Nous utilisons chaque jour le téléphone, tant à titre personnel que professionnel. C’est un moyen de communication utilisé naturellement par tout le monde. Mais vous êtes vous déjà demandé comment cela fonctionnait ?

Avant l’avènement des réseaux numériques, il n’existait que le téléphone classique. Il était utilisé sur un réseau appelé réseau téléphonique commuté (RTC) qui existe depuis qu’un certain Graham Bell a inventé le téléphone. C’est pourquoi le bon vieux téléphone classique perdure dans la plupart des entreprises. Il est basé sur une technique qui a largement fait ses preuves et qui est peu onéreuse : la commutation de circuits.

Le téléphone classique n’est rien de plus qu’une amélioration du bricolage que connaissent la plupart des enfants : en reliant le fond de deux pots de yaourt en carton par une longue ficelle bien tendue, il est possible de se téléphoner. C’est le principe de base de tout téléphone de type RTC.

Ce qui change en fait, dans le véritable téléphone, est la nature électrique du signal ainsi que le type de câble, sa longueur et son diamètre. Tous ces éléments ont énormément évolué en se diversifiant. Il en va de même des équipements téléphoniques qui ont changé considérablement, tant au niveau de l’utilisateur final que de l’opérateur téléphonique. La téléphonie RTC n’en continue pas moins à utiliser des règles, ou protocoles, basées sur la commutation de circuits.

Aujourd’hui, sans qu’on s’en rende vraiment compte, la téléphonie RTC a peu à peu laissé sa place à la VoIP, qui, elle, repose sur la commutation par paquets: les signaux vocaux sont scindés en paquets. Sans trop rentrer dans les détails techniques, il faut juste savoir qu’en plus des données vocales, un paquet comporte les adresses réseau de l’expéditeur et du destinataire. Les paquets VoIP sont transmis à travers n’importe quel réseau compatible VoIP. Ils peuvent être acheminés par des chemins différents, en cas d’encombrement, car l’adresse de destination se trouve dans chaque paquet. Il n’est pas du tout obligatoire que tous les paquets empruntent la même route.

De nombreuses possibilités s’offrent aujourd’hui au particulier pour téléphoner en VoIP. Les fournisseurs d’accès Internet tels que Free (Freebox), SFR (Neufbox) et Orange (Livebox) proposent de téléphoner en connectant un téléphone sur un modem ADSL multiservice. D’autres, comme Annatel (Annabox) ou Wengo (Wenbox), proposent au client un boîtier Internet pour la téléphonie. Grosso modo, si vous avez une box ADSL chez vous avec une offre « triple play », vous téléphonez déjà en VoIP sans le savoir. Pourtant, avez vous vu une différence ? Mis à part les communications illimitées, qui allègent la facture de téléphone, on ne détecte rien de particulier.

Pourtant, la VoIP peut apporter beaucoup plus de services. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est massivement utilisée en entreprise: elle permet d’accéder à son compte du réseau VoIP soit par un téléphone fixe, soit par un téléphone IP (semblable à un téléphone mobile), soit par un pavé de numérotation logiciel affiché sur l’écran de l’ordinateur portable ou de bureau. Avec cet équipement, on peut se déplacer ailleurs dans l’immeuble de bureau, voire d’un immeuble à un autre, sans avoir à transférer ses appels vers un autre téléphone. Tout est entièrement portable !

En entreprise, on couple souvent les lignes de téléphone avec ce qu’on appelle un PABX: ce « central » sert principalement à relier les postes téléphoniques d’un établissement (lignes internes) avec le réseau téléphonique public (lignes externes). Il permet en plus la mise en œuvre d’un certain nombre de fonctions, notamment :

  • relier plus de lignes internes qu’il n’y a de lignes externes ;
  • permettre des appels entre postes internes sans passer par le réseau public ;
  • programmer des droits d’accès au réseau public pour chaque poste interne ;
  • proposer un ensemble de services téléphoniques (conférences, transferts d’appel, renvois, messagerie, appel par nom…) ;
  • gérer les SDA (Sélection Directe à l’Arrivée) ;
  • gérer la ventilation par service de la facture téléphonique globale : Gestion de Coûts Télécoms ;
  • apporter des services de couplage téléphonie-informatique (CTI) tels que la remontée de fiche essentiellement via le protocole CSTA ;
  • gérer les appels d’urgence dans les structures d’accueil hospitalières, maisons de retraite, etc. ;
  • gérer un portier interphone d’immeuble et commander une gâche électrique.

Bon, vous allez me dire que même à l’époque de la téléphonie RTC, les entreprises utilisaient souvent un PABX, rien de nouveau, donc. Alors où je veux en venir ?

Et bien l’idée est celle ci: installer un PABX chez soi, de façon à profiter des mêmes services qu’une société. Je pense notamment à la possibilité de créer différentes lignes internes pour discuter entre postes sans passer par le réseau public, gérer soi même ses renvois, filtrer correctement les appels, etc… Il existe une multitude de services très pratiques, qui, de plus, peuvent être couplés à la domotique. Ainsi, un serveur domotique peut très bien avoir son propre numéro de téléphone en interne, gérer les appels entrants, déclencher des actions en conséquence, etc… Chez moi, par exemple, la TV se met en pause lorsqu’un appel téléphonique arrive, et affiche un message dans le coin de l’écran avec le nom et la photo du correspondant s’il est dans mon carnet d’adresses, ou alors simplement son numéro. Après une certaine heure, les appels sont filtrés: seules les personnes étant sur une liste de « favoris » peuvent nous joindre, les autres sont invitées automatiquement à rappeler le lendemain. Ainsi on ne loupe pas un appel urgent, mais on reste tranquilles la nuit, le téléphone ne sonnant même pas.

Il y a encore quelques années, mettre en place un PABX pour un particulier était quelque chose de couteux (nécessitait des cartes RTC à intégrer à un pc) et surtout quelque chose de compliqué. Aujourd’hui, avec l’arrivée de la VoIP, mettre en place un Pabx est quelque chose de beaucoup plus simple, et même à la portée de la plupart des gens. Le matériel est disponible, abordable, et des solutions logicielles gratuites pour mettre en place un PABX existent.

Je vous proposerai donc prochainement une série d’articles présentant la mise en place de tout ce système.

En attendant, histoire de commencer « en douceur », j’ai commencé par remplacer mon téléphone classique par un téléphone fixe ip de chez Siemens, le modèle C590IP:

 

 

Ce téléphone permet une migration en douceur, puisqu’il permet d’associer deux lignes IP SIP et une ligne analogique. La ligne analogique est ma ligne Free habituelle. Pour les tests, j’ai actuellement associé ma ligne freephonie et une ligne SIP souscrite chez OVH. En effet, au fur et à mesure des tests, je me suis malheureusement aperçu que la qualité de la ligne freephonie, proposée gratuitement par Free, était d’assez mauvaise qualité.

Relié au réseau informatique pour la VoIP, ce téléphone permet également de profiter d’autres services: affichage de la météo, des emails, de ses flux RSS, etc… tout cela sans avoir recours à rien d’autre. Il suffit de se connecter à l’interface web de gestion du téléphone, pour paramétrer tout ce qu’on souhaite:

 

 

A l’usage, cela redonne déjà un petit coup de jeune au téléphone traditionnel !

Maintenant que le téléphone IP est dans la place, il n’y a plus qu’à installer le PABX pour profiter de services bien plus étendus encore. Ce sera pour un autre article très prochainement ;-)

Vous aimez ? Partagez le ! Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on RedditShare on TumblrShare on LinkedInBuffer this pageFlattr the authorEmail this to someone