6
Posté le 28 mars 2013 par Cédric Locqueneux dans Robotique
 
 

Innorobo 2013: ce que j en ai retenu

Je me suis rendu la semaine dernière à Lyon où se tenait le salon international de la robotique, Innorobo. Comme promis, je vous fais un petit compte rendu de ce que j’ai pu y voir.

Tout d’abord, contrairement à il y a deux ans, peu de domotique sur ce salon. J’avais pu rencontrer Zodianet, Planète Domotique, ou encore Domadoo il y a deux ans. Cette année, seul MyFox était présent, avec un tout petit stand qu’on pouvait louper si on allait trop vite. Mais il est vrai que ce salon est avant tout destiné à la robotique…

Pour commencer, un petit tour d’horizon en vidéo:

 

 

Bien que je n’ai pu m’y rendre l’année dernière, je dois avouer que je n’ai pas été tellement dépaysé par rapport à il y a deux ans: un salon de mêmes dimensions, voire peut être même un peu plus petit, et des robots qui n’ont pas beaucoup changé en deux ans :/ Si on n’est pas passionné de robotique et qu’on ne s’arrête pas pour parler technique avec les concepteurs, on a très vite fait le tour en moins de deux heures. Il était bien sûr possible de voir le célèbre Nao sur divers stands, notamment celui d’Aldebaran, la société qui en est à l’origine:

 

 

Et divers robots aspirateurs / laveurs de vitre / tondeuses:

 

 

 

En fait je vous invite à regarder ma vidéo d’il y a deux ans qui sera un bon complément, car de nombreux robots vus cette année étaient déjà présents il y a deux ans :p

 

Bon, il y avait tout de même quelques nouveaux robots intéressants.

Tout d’abord, on peut noter  l’apparition de nombreux robots s’appuyant sur un smartphone pour toute intelligence.

Un très bon exemple est le Smartbot, un robot francais qui sera commercialisé d’ici le mois de mai pour 160€. Un tarif très abordable, grâce au fait que toute la partie intelligence est déportée sur un smartphone à y connecter par une prise jack, que ce soit sous iOS, Android, ou Windows. Un SDK est mis à disposition pour le développement, et de nombreuses applications sont disponibles, pour jouer, apprendre, rendre des services, etc…

 

 

Dans le même genre on pouvait rencontrer Albert, une sorte de robot support pour smartphone Android avec de gros yeux, développé par l’opérateur télécom coréen SK Telecom:

 

Il permet aux plus grands de veiller sur leurs enfants grâce à des applications de télésurveillance, de les alerter immédiatement en cas de gros chagrin grâce à la télé présence, et aux plus jeunes de se divertir grâce aux centaines d’applications ludo éducatives et de jeux à télécharger. On y trouve par exemple un jeu de géographie sur une carte du monde dont le but est de délivrer des paquets au Brésil, aux USA ou en Corée. On lance un dé avec un pays sur chaque face, Albert reconnaît le pays et va y délivrer son paquet, en pestant parce qu’il part dans le mauvais pays, ce qui l’amène à répéter plusieurs fois l’opération jusqu’à arriver à bon port. Le robot se repère sur la carte avec ses deux webcams cachées sous lui, en étudiant les motifs sur la carte du monde pour savoir où il se trouve. On peut le déplacer à la main pour l’embrouiller, mais, tel le petit Poucet, il retrouve son chemin :D

Le robot le plus évolué, basé sur un smartphone, était sans doute Hovis Genie. De forme humanoide, et se déplacant à l’aide de trois roues sous sa base, il intégre un smartphone sur son torse qui, à l’aide d’applications installées, lui permet de réaliser de nombreuses taches: par exemple vous réveiller le matin dans votre chambre avec votre chanson préférée ou avec un texte pré enregistré. Après vous avoir sorti de votre sommeil, Hovis peut continuer à vous parler en vous indiquant le temps qu’il fera dans la journée ou en vous lisant les mails que vous avez reçus.

 

 

Il peut également assurer un rôle de télé surveillance: il garde un oeil ouvert en votre absence, et vous prévient si quelque chose d’inhabituel se passe. Grâce à sa caméra frontale, vous pourrez vérifier ce qu’il se passe chez vous.

Sa caméra et son micro / haut parleur permettent aussi d’assurer des fonctions de télé présence: cette application vous permet d’utiliser Hovis Genie comme un véritable avatar, car vous verrez ce qui entoure le robot, mais les personnes à qui vous parlez vous verront aussi dans le moniteur du robot ! Vous pourrez ainsi commander le robot où que vous soyez sur terre, et interagir avec votre famille comme si vous étiez avec eux chez vous.

Ce robot a également pour but de veiller sur les personnes en mesurant leurs signes vitaux (rythme cardiaque, hydratation, etc…). Chez les personnes agées, par exemple, ce robot est capable de prévenir un proche si un signe vital est anormal. L’application de télé présence permet alors de prendre le relai à distance afin de vérifier la situation.

Enfin, bien sûr, ce robot peut être utilisé pour jouer et apprendre (applications de maths, géographie, etc… en s’amusant). Hovis peut également réagir aux touchers en dansant ou en bougeant les bras et sa tête grâce à ses multiples capteurs. Il pourra passer votre musique préférée et vos films ou encore prendre des photos et des vidéos avec sa caméra. Il peut aussi être guidé à la voix ou avec la télécommande fournie.

Un petit robot très sympa, donc, commercialisé 1499€. Encore un peu cher, mais un robot très complet, qui est vendu avec un smartphone dédié.

 

Autre tendance: les robots « open source » basés sur des cartes maintenant très connues, comme l’arduino, chez Generation Robots, démarrant à 115€:

 

 

Cette boutique présentait également un autre robot très sympa, le Q.bo, que vous avez pu voir dan la vidéo. Open Source, basé sur un ordinateur, capable de faire de nombreuses choses, mais coutant tout de même 3000€:

 

 

On pouvait remarquer également un robot basé sur le maintenant célèbre ordinateur low cost Raspberry Pi, le Aidia, un robot social qui a la capacité de ressentir et d’interagir de facon naturelle avec l’humain:

 

 

Même si ces robots restent parfois un peu chers, les prix deviennent tout de même de plus en plus abordables pour le grand public. Après la domotique, c’est au tour de la robotique de se démocratiser ;-)

Concernant le grand public, d’ailleurs, un autre robot m’a particulièrement interpellé: le Famibot de Ecovacs. Encore au stade de prototype, qui ne sera pas disponible avant 2014, il s’agit d’un robot ménager pilotable depuis un smartphone ou un ordinateur via Wi-FI, dont la principale fonction est de se déplacer dans un logis et d’y purifier l’air (il détecte les mauvaises odeurs, les aspire et assainit les zones polluées). Mais il ne s’arrête pas là: équipé d’une caméra, le Famibot filme son environnement et diffuse les vidéos sur votre smartphone ou ordinateur. Il vous envoie une alerte dès que le moindre mouvement ou la moindre odeur suspecte (monoxyde de carbone par exemple) est détectée par ses capteurs. Vous pourrez également parler à distance avec la personne se trouvant dans la même pièce que le Famibot. Enfin, via le Famibot, on pourra contrôler les différents éléments de sa maison connectée : musique, éclairage, climatisation. Ce robot pourrait donc bien être celui qu’on attend depuis longtemps pour le coupler à notre système domotique :D

 

 

C’est un robot que nous surveillerons de près…

 

Enfin, de nombreux robots présentés étaient destinés aux personnes ayant besoin d’assistance, quelque soit le niveau. Il y avait par exemple différents modèles d’exo squelettes, pouvant être utilisés pour la rééducation ou encore pour aider à manipuler des charges lourdes, comme le modèle HERCULE de la société RB3D, capable de soulever 100Kg sans aucun effort pour l’utilisateur:

 

 

 

Ou des robots de service, comme celui de la société Fraunhofer IPA:

 

 

Equipé de son bras motorisé capable de saisir des objets:

 

 

Un salon qui s’est au final tout de même révélé intéressant et qui a pu nous permettre de nous rendre compte des évolutions dans ce domaine. La robotique est d’ailleurs à un niveau très avancé, reste les prix à faire descendre. Il faudra sans doute encore attendre quelques années pour en avoir un chez soi…

 


Cédric Locqueneux

 
Je me suis essayé à la domotique il y a quelques années avec quelques modules X10, quelques softs gratuits, etc… pour équiper la maison que j'avais en location. Puis j'ai eu la chance de pouvoir faire construire, et c'est là que mes projets domotiques ont explosé, la construction neuve me permettant de prévoir une installation complète, et intégrée à la maison. Aujourd'hui, quasiment toute mon installation repose sur le Z-Wave.