2
Posté le 30 décembre 2013 par Cédric Locqueneux dans Maison
 
 

Poêle à bois ou poêle à pellets ?

Ce week end, tranquillement installé au coin du feu, je réfléchissais aux possibilités d’intégrer un poêle à bois dans un système domotique.

Comme vous le savez, j’ai installé mon poêle à bois il y a maintenant 3 ans. Un modèle de la marque Nestor Martin coutant normalement 2300€. Depuis trois ans, nous en sommes plutot contents: il chauffe sans problème toute la maison, et le bois de chauffage nous coute environ 250€ pour l’année. De belles économies par rapport au chauffage électrique, donc, avec une chaleur vraiment agréable ! D’autant plus que nous n’utilisons jamais aucun radiateur électrique (excepté le chauffe serviettes de la salle de bain).

 

poele_maison

 

Seulement, deux inconvénients:

  • d’une part, il faut faire rentrer du bois tous les ans, le stocker, et aller le chercher quand on veut le bruler. Puis entretenir le feu pour qu’il ne s’éteigne pas, même si avec les poêles d’aujourd’hui on tient quelques heures avec une bonne buche. L’utilisation des buches compressées résoud une partie du problème: une palette d’un mètre cube équivaut à 4 stères de bois, le stockage est donc plus facile, le bois est bien sec, et la combustion peut durer plus longtemps. Par contre on y perd au niveau des économies financières, ces buches étant plus chères (à comparer au prix du bois selon les régions, en Sologne le bois étant vraiment très abordable).
  • d’autre part, difficile d’automatiser un poêle à bois, puisque c’est un appareil autonome et le plus souvent sans électronique embarqué. Le modèle que j’ai est toutefois un peu plus évolué: il dispose d’une télécommande. On peut grace à elle régler la température qu’on souhaite avoir, et le poêle va automatiquement régler l’entrée d’air pour tenter de réguler la température. Je dis bien « tenter », car c’est loin d’être aussi précis tout de même qu’un chauffage électrique qui se coupe automatiquement quand la température est atteinte.

Avec les contraintes de la RT2012, les constructeurs commencent toutefois à innover. En m’intéressant au sujet, j’ai pu découvrir le site Poelesabois.com, spécialisé dans ce domaine (revendeur de poêles, mais avec surtout une partie blog / news très intéressante qui m’a éclairé sur ces évolutions). On y apprend par exemple que le danois Hwam  a ajouté une partie électrique à sa gamme de poêle sortie cette année: une sonde étudie en temps réel les composés des fumées. Elle adapte alors en conséquence l’arrivée d’air primaire, secondaire et l’air servant au balayage de la vitre. Une fois l’allure optimale trouvée, un thermostat déporté dans une télécommande repère la température de la pièce et adapte l’allure de l’appareil pour atteindre la température désirée par l’utilisateur s’il y a besoin:

 

 

En plus de la régulation automatique, il y a donc un système programmable par télécommande. La sonde repère aussi quand le bois vient à manquer: quand le cycle de combustion optimisée arrive à son terme, un signal est alors envoyé à l’utilisateur pour qu’il recharge l’appareil en bois :D Avec ce procédé, on améliore d’environ 17% le rendement du pôele.

Bon, ca ne résoud pas tout: d’une part cette option coute à elle seule 700€, et ca ne vous donnera pas non plus du chauffage quand vous rentrez de vacances. Au mieux, il sera peut être possible de brancher un module domotique sur un contact sec qui se chargera d’ouvrir ou fermer l’arrivée d’air en fonction de la température. Je dois pouvoir le faire sur le mien, mais j’avoue que l’intérêt me parait limité.

 

Une alternative au pôle à bois est le poêle à pellets. J’avoue qu’il y a trois ans j’hésitais beaucoup vis à vis de cette méthode: une buche de bois, ca reste un arbre coupé en morceaux, et il y en aura toujours. Mais si les usines qui produisent les pellets ferment ? Le poêle pourrait bien devenir un objet de déco encombrant dans le salon, rien de plus. Ca, c’était ma réflexion il y a trois ans. Avec le temps, on se rend compte que l’utilisation du pôle à pellets a pris de l’ampleur: les ventes de poêles à pellets font en effet +50% par an depuis 3 ans (comme par hasard…) .

 

woodpellets

 

Il faut avouer qu’ils ont pour eux de nombreux avantages. Là aussi j’ai appris pas mal de choses sur le site spécialisé Poelepellets.net (même réseau, mais la distinction des deux principes permet de mieux s’y retrouver):

  • les poêles à pellets sont gérés électroniquement, il est donc facile de les relier à des systèmes de gestion intelligents de la température. Les appareils sont thermostatés et programmables (la plupart en tout cas), et certains sont même reliés à des applications mobiles pour une gestion intelligente. On a d’ailleurs pu apercevoir au dernier salon Batimat la société Seguin qui présentait une solution montée en partenariat avec Delta Dore permettant de réguler le chauffage de la maison à distance au travers d’un mobile !
  • autre avantage, en utilisant une centrale à pellets, un système permet d’alimenter automatiquement le poêle en pellets sans avoir rien à faire ! J’ai pu voir il y a quelques temps chez un ami ce type de système: il se fait livrer les pellets dans sa cave, comme on se ferait livrer son fuel, par exemple. Un système de vis sans fin permet ensuite d’emmener automatiquement les pellets au poêle qui se trouve au rez de chaussée juste au dessus. Il n’y a alors rien à faire !

 

systeme-de-chauffage

 

Bon, le système chez mon ami date d’il y a quelques années. Aujourd’hui, on trouve de plus en plus de centrales à pellets utilisées comme chauffage central: la réserve de pellets et le « pôele » sont à la cave ou dans une pièce dédiée, et la centrale chauffe de l’eau qui circule dans les radiateurs de la maison, voire même un ballon d’eau chaude utilisée pour les sanitaires. Bref, un chauffage central « classique », mais utilisant des pellets, donc beaucoup plus économique qu’un chauffage au fuel.

Comme on le voit, on est donc très loin des ancestrales cheminées d’autrefois, il est aujourd’hui possible de bénéficier de la chaleur agréable d’un poêle, de faire des économies, tout en ayant le confort d’un chauffage qui se régule lui même.

Tout n’est pourtant pas si rose concernant le poêle à pellets.

  • d’une part, le cout. Un poêle à pellets coute au minimum 2000€, alors qu’on trouve de nombreux poêles à bois aux alentours de 700€ en grandes surfaces de bricolage. Il faudra également prendre en compte le prix du montage, qui est nettement plus technique qu’un simple poêle à bois (j’ai d’ailleurs installé le mien moi même, mais quand je lis la description des poêles à pellets, j’avoue que je ne m’y aventurerai pas tout seul). Ensuite, les pellets coutent tout de même plus cher que de simples buches de bois, même si leur rendement est meilleur
  • d’autre part, l’adoption des poêles à pellets a visiblement été beaucoup plus rapide que la formation des chauffagistes en France, si bien que la réparation n’est pas toujours aisée. Et avec son fonctionnement mécanisé et sa gestion électronique du pilotage, le poêle à pellets est plus facilement sujet à des pannes éventuelles et sa durée de vie sera forcément plus réduite que son concurrent.

Du coup, le choix n’est toujours pas évident entre les deux. Pour ceux qui recherchent purement les économies, je pense que le poêle à bois reste la meilleure solution.

Pour ma part, en terme d’économies, je ne regrette vraiment pas mon choix, d’autant plus avec le prix du bois en Sologne (en région parisienne mon discours serait peut être différent…). Certes il y a la petite contrainte du bois, mais ca fait un peu d’exercice et la chaleur et la vue d’un bon feu de bois sont agréables. Le seul vrai point noir à mon avis est la maison « froide » quand on rentre de week end ou de vacances. Il faudrait que je domotise quelques radiateurs d’appoint pour les déclencher avant notre retour.

Pour ceux qui veulent conserver un confort « optimal », quitte à sacrifier quelques économies, le poêle à pellets sera par contre un meilleur choix. Il restera toujours plus économique que les autres moyens de chauffage (électricité, gaz, fuel), tout en évitant certaines contraintes du poêle à bois. Quant à ceux qui font construire, avec les nouvelles contraintes de la RT2012, le poêle à pellets risque de s’imposer de lui même.

 

Ayant moi même un poêle à bois, je serai intéressé par vos retours au sujet des poêles à pellets, si certains d’entre vous en sont équipés ?


Cédric Locqueneux

 
Je me suis essayé à la domotique il y a quelques années avec quelques modules X10, quelques softs gratuits, etc… pour équiper la maison que j'avais en location. Puis j'ai eu la chance de pouvoir faire construire, et c'est là que mes projets domotiques ont explosé, la construction neuve me permettant de prévoir une installation complète, et intégrée à la maison. Aujourd'hui, quasiment toute mon installation repose sur le Z-Wave.