Deseo : controlleur d’ambiance haut de gamme

5

Après le test du Sentido de Basalte, voici une présentation du contrôleur d’ambiance Deseo de la même marque.

 

I. Contrôleur d’ambiance, définition

 

La notion de contrôleur d’ambiance est assez spécifique à la domotique. Un contrôleur d’ambiance est un équipement qui regroupe plusieurs fonctions : éclairage, stores, volets, chauffage, fonctions multimédia, dans l’encombrement d’un interrupteur. Son principal intérêt est d’éviter la création d’un « piano mural » avec des commandes indépendantes pour la lumière, le chauffage, et les volets.

 

Les contrôleurs d'ambiance et la domotique évitent l'acné mural.

 

Fidèle à sa gamme, Basalte signe ici un très bel objet design.

II. Présentation du Deseo

 

Le Deseo est dans la continuité du Sentido au niveau du design. Les finitions sont les mêmes (voir le site Basalte). Il s’intègre donc parfaitement dans une installation équipée de Sentido.

 

Le Deseo à coté d'un Sentido. Taille et design sont similaires.

 

Le Deseo se présente comme un Sentido dont les deux touches auraient été réduites pour laisser place à un écran OLED, sous une vitre fumée du plus bel effet. En sus, deux points lumineux tactiles de part et d’autre de l’écran apparaissent selon les besoins.

La liste des fonctionnalités du Deseo est très longue :

  • Gestion de 12 scènes ;
  • Gestion de 12 circuits d’éclairage (tout ou rien ou gradués) ;
  • Gestion de 12 moteurs (stores, volets…) ;

Ces fonctions sont organisées par type en 2 pages de 6 fonctions, chaque page disposant d’un titre différent. Par exemple, on peut organiser une page « lumière tout ou rien » et une page « lumière variée ». Le nombre de fonctions disponibles sur chaque page est configurable via ETS. Vous n’aurez donc pas d’item inutile sur l’interface finale. Tous les textes des fonctions sont bien sûr personnalisables, dans la limite du nombre de caractères disponibles, ainsi que les textes d’action (on/off, up/down, etc.).

Mais la liste des fonctions ne s’arrête pas là. On trouvera donc en plus des fonctions décrites des capacités de gestion de la température :

  • Une gestion de thermostat intégrée (possibilité d’utiliser le thermostat interne au Deseo ou de piloter un thermostat externe). Le thermostat interne pourra être configuré pour piloter le chauffage et/ou la climatisation ;
  • La gestion des modes, au nombre de 4 (comfort, standby, economy, protected). On regrettera que le nombre de modes ne soit pas configurable. « Protected » signifie ici « hors gel » ;
  • Une page de gestion de la ventilation. On dispose de 3 vitesses au maximum. Il manque un mode « auto » et pourquoi pas un « stop ». (A ce sujet, il est courant dans les villas de luxe de trouver des systèmes de climatisation avec ventilation intégrée, plutôt qu’un chauffage classique, d’où l’intérêt de ce menu) ;

Le Deseo possède également des fonctions multimédia, avec un menu « Music » qui permettra :

  • D’allumer ou éteindre un système audio ;
  • De choisir entre 4 sources différentes ;
  • De piloter chaque source avec un menu personnalisable ;
  • De gérer le volume, avec ou sans feedback de la valeur ;
  • D’afficher différents retours d’informations, dans différents formats permis par KNX, pour indiquer par exemple le titre du morceau joué, ou la fréquence de la radio diffusée ;

Bien entendu, ces fonctions multimédia demanderont la présence dans le système d’une interface entre votre système audio et le bus KNX, sauf à trouver un système audio compatible KNX. Ça existe, mais le choix est (très) restreint. De plus, l’audio est un sujet délicat qui déchaine les passions, et je doute que la présence d’une compatibilité KNX suffise à faire plier un audiophile sur le choix de son matériel.

Enfin, il existe un menu « Info », permettant de vérifier l’état de différentes fonctions de l’installation, ou encore votre consommation électrique instantanée, la vitesse du vent, etc.

 

Les fonctions disponibles dans ETS 3

 

Le multitouch, fonction brevetée par Basalte, est disponible à l’instar des Sentido. Mais la présence de l’écran central rend son usage moins pratique à mon goût, car il impose d’utiliser deux doigts plutôt que le plat de la main.

 

Le Deseo sans la plaque de finition, affichant l'écran d'accueil. On voit la sonde du thermomètre en bas à gauche.

 

Ah, oui, encore une chose (tiens, je plagie quelqu’un, là…) : l’écran d’accueil du Deseo est configurable, et pourra afficher différentes informations comme l’heure, la date, la température ambiante, une chaine de caractère provenant d’un autre appareil, ou une combinaison de plusieurs de ces données.

La finition et la qualité de fabrication ne souffrent d’aucune critique. Tout est impeccable. Tout comme le Sentido, Basalte confirme son positionnement très haut de gamme avec le Deseo.

 

III. Utilisation, ergonomie

 

La gageure que doit relever le Deseo, c’est d’être aussi simple à utiliser qu’il est agréable à regarder. Comment cela fonctionne-t’il une fois installé ?

Hé bien, je dois dire que l’ergonomie n’est pas à la hauteur du design. Je vais tâcher de vous expliquer pourquoi.

Lorsque vous arrivez devant le Deseo, il affiche (ou non) un écran d’accueil, fonction de la programmation. Admettons que vous souhaitiez allumer la lumière. La seule fonction disponible directement est le multitouch. Il faudra donc utiliser cette fonction pour la lumière ou un scénario principal couplant plusieurs circuits.

Que se passe t’il en appuyant sur une zone tactile ? Hé bien, vous faites défiler les menus que vous aurez configurés dans ETS (Lumières, Stores, etc). Quand vous trouvez le menu que vous cherchiez, vous rentrez dedans en descendant d’un niveau à l’aide du point tactile droit. Et là, il faut faire défiler jusqu’à trouver la fonction qui vous intéresse (rappelez-vous, il existe 6 fonctions par menu…). Enfin, une fois la fonction trouvée, les zones tactiles hautes et basses vous permettent de piloter la lumière, les stores, ou autre chose… Autant, il est compréhensible d’avoir une telle navigation pour piloter une radio ou un serveur audio, autant cette arborescence à plusieurs niveaux est incompréhensible pour piloter de la lumière !

De plus, l’arborescence n’est visualisée que par un changement de couleur discret de l’interface : on passe du bleu/cyan pour les catégories à un blanc froid/bleu clair pour les fonctions, et si les boutons haut et bas sont utiles, un message contextuel. J’ai bien failli ne pas m’en rendre compte !

 

Photo montage pour vous montrer la différence de couleur entre le niveau fonction (à gauche) et le niveau menu (à droite)

 

Ici, la sélection d’un mode de fonctionnement de l’installation :

 

Sélection d'un scénario. L'affichage est vert d'eau, et c'est la seule chose qui distingue cet écran d'un écran de niveau supérieur, car dans le cas de la sélection d'un mode de fonctionnement, il n'y a pas de message contextuel...

 

Pourtant l’écran est couleur !

Une fois que l’on est arrivé à la fonction qui nous intéresse, le fonctionnement devient plus naturel avec un petit message contextuel qui apparait pour indiquer la fonction de chaque bouton de part et d’autre de l’écran, et change de couleur lors d’un appui. L’état du circuit est indiqué par le soulignement du texte : souligné, c’est allumé, non souligné c’est éteint.

 

Commande de lumière. Lors de l'appui, la fonction change de couleur. L'état du circuit (allumé) est signalé par le fait que le texte est souligné.

 

L’écran du Deseo étant matriciel et donc graphique, et capable d’afficher (au moins) du jaune, on se demande pourquoi une petite icône en forme d’ampoule changeant de couleur n’assure pas le rôle d’indicateur d’état.

Pour un circuit gradué, c’est  nettement plus visuel, puisqu’on a le droit à un petit bargraph indiquant le niveau d’éclairement :

 

Pilotage d'un circuit gradué. On voit nettement le petit bargraph qui visualise le niveau d'éclairement du circuit.

 

Le thermostat est tout à fait clair également :

 

Réglage de la fonction thermostat. L'affichage est plus clair, indiquant un niveau de menu inférieur

 

N’ayant de quoi tester les fonctions multimédia, je vous propose de regarder cette vidéo trouvée sur youtube qui vous en dira plus, et vous montrera en bonus le fonctionnement et la fluidité de l’interface :

 

IV. Détails supplémentaires

 

Un problème de législation dans les construction neuves : pour que l’utilisation du Deseo soit confortable, il devrait être placé à environ 150 cm. Or un interrupteur (essayez de faire comprendre au Consuel la notion de « contrôleur d’ambiance »…) doit être placé entre 90 cm et 130 cm, ce qui est trop bas pour le Deseo. Il faudra donc soit implanter le Deseo trop bas, soit le poser après le passage du Consuel.

Le Deseo demande une alimentation externe 24V continu. La faute, je pense, à l’écran, qui est extrêmement lumineux, visible même en plein soleil, mais dont la consommation dépasse les standards KNX. Il faudra donc exploiter la paire jaune/blanc du câble KNX pour passer la puissance. Pas gênant, mais elle ne sera plus disponible pour d’autres choses (relier un bouton ou un capteur quelconque) sur toute la ligne sur laquelle sera installée le Deseo. A prendre en compte, donc, surtout si le contrôleur d’ambiance doit intégrer une installation existante.

 

V. Propositions d’amélioration

 

Soyons francs, la version que j’ai testée semblait être un modèle de présérie, je n’avais pas encore de base de donnée KNX « officielle » pour ETS.

Le Deseo est un très beau produit, au design et à l’interface épurés. Trop épurée en ce qui concerne cette dernière. En plus d’un fonctionnement alambiqué, il n’y a que très peu de retour d’informations sur le petit écran (changement de couleur difficile à percevoir, pas d’icône…). Si Basalte me lit, voici mes propositions d’amélioration :

  • Permettre d’utiliser les zones tactiles haute et basse en accès direct, depuis la page d’accueil, ce qui porterait à trois les fonctions « quotidiennes » (en comptant le multitouch) ;
  • Donner l’accès aux menus par appui sur les touches lumineuses latérales. Ceci impose de les laisser allumées, ce qui va à l’encontre du design épuré voulu par Basalte, mais c’est je pense un mal nécessaire ;
  • Améliorer l’interface sur plusieurs points : indication du niveau de menu, possibilité de mettre des icônes pour signaler certaines fonctions ou actions (ampoules, volets…) ;
  • Permettre de choisir la couleur des textes afin de laisser plus de choix à l’intégrateur et au client final, notamment en terme de feedback (rouge = lampe allumée, vert = éteinte)

Et pourquoi pas, livrer le Deseo en pack avec un Sentido, de manière à les installer en duo, avec le Sentido à hauteur de la main et le Deseo à hauteur des yeux, pour rendre son utilisation confortable. Les deux n’auraient besoin que d’une BCU (Bus Coupling Unit, le composant standard permettant de se connecter au bus KNX) et le Sentido se brancherait via un lien « esclave » au Deseo, ou l’inverse.

 

VI. Conclusion

 

Difficile de donner une conclusion définitive. Le Deseo est un produit paradoxal, avec un hardware au top mais un logiciel interne trop compliqué et peu ergonomique. Mais là ou le bas blesse réellement, c’est au chapitre budget. A 800 euros, le Deseo se place au tarif d’un écran tactile, et à ce petit jeu, il ne gagne pas. Un beau design, c’est une chose, mais ça n’excuse pas tout…

Bref, j’espère que Basalte me lira et tiendra compte de mes remarques, comme de celles des autres intégrateurs KNX, et rendra son produit plus naturel et plus simple à utiliser. Je serais ravi de retester un Deseo équipé d’un logiciel mis à jour…



A propos de l'auteur

Je travaille dans l'intégration audiovisuelle depuis 12 ans. Mon emploi m'a amené à travailler avec des systèmes domotiques « haut de gamme », AMX et Crestron notamment. Je suis également formé au système KNX.Ma maison tire donc partie de mes expériences et est équipée KNX et Crestron.