A voir
 

Backup Time Machine sur WHS 2011

 
windows_time_capsule
windows_time_capsule
windows_time_capsule

 
Présentation
 

Catégorie:
 
Prix:
 
Durée:
 
Mise en place
 
 
 
 
 


 
Utilisation
 
 
 
 
 


 
Utilité
 
 
 
 
 


 
Cout
 
 
 
 
 


 
Note Globale
 
 
 
 
 


Note des Lecteurs
Aucun vote

 

Pour


La possibilité d'utiliser Time Machine avec WHS 2011 !

Contre


Un peu complexe à mettre en place, on aurait aimé que le MAC reconnaisse WHS comme un disque Time Machine dès le départ...


3
Posté le15 octobre 2012 par

 
Tutorial Complet
 
 

Une fonctionnalité très intéressante de Windows Home Server est la possibilité de sauvegarder automatiquement les ordinateurs de la maison. On installe sur chaque ordinateur un petit client, et à l’heure programmée, WHS s’occupe de faire les sauvegardes. C’est très sécurisant, d’autant plus que WHS est capable de restaurer complètement un ordinateur planté.

Malheureusement, même si ce client existe pour Mac, la fonction backup n’est pas implémentée. C’est dommage, car cela était possible via une petite bidouille sur le Mac. Sauf que les dernières mises à jour de Mac OSX ont cassé tout cela, et la méthode ne fonctionne plus :/

Sur Mac, la solution de sauvegarde s’appelle Time Machine, un système de backup génial, qui permet littéralement de voyager dans le temps pour restaurer un fichier effacé, ou même une version précédente de ce fichier.

Pour fonctionner, Time Machine a besoin d’un disque dur connecté au Mac, ou d’un Time Capsule, une sorte de disque dur réseau facon Apple.

Certains appareils arrivent toutefois à ruser et se faire passer pour des Time Capsules, ce qui permet de profiter de Time Machine sur un Nas par exemple (comme les NAS Synology). Même si cela ne fonctionne plus avec WHS, il existe pourtant une méthode, peut être un peu tirée par les cheveux, mais qui fonctionne parfaitement. Je vous la présente dans ce petit guide…

 

I. Pré requis

 

Pour faire fonctionner Time Machine avec WHS 2011, il faut être clair: pour le moment c’est impossible. Beaucoup se sont penchés sur la question, et à part une solution logicielle coutant 750$, personne n’a rien trouvé.

L’astuce consiste donc à utiliser une machine virtuelle. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce concept, il s’agit de faire tourner un OS dans un autre OS, en lui faisant croire qu’il tourne sur une vraie machine. D’où le nom de machine virtuelle. Ici, nous allons donc faire tourner un système qui va se faire passer pour une Time Capsule, au sein même de WHS. La virtualisation est beaucoup utilisée en entreprise de nos jours, mais elle est également accessible au grand public, et ceci pour pas un sou. Différentes solutions existent: VirtualPC, VirtualBox, Vmware, etc… C’est ce dernier que nous allons utiliser. Il est gratuit, puissant, et j’ai l’habitude de l’utiliser au travail :p

On commence donc par télécharger Vmware Server 2 pour Windows ici. Il faudra simplement créer un compte pour s’enregistrer et obtenir un numéro de licence.

Une fois le package d’installation téléchargé, on l’installe sur le serveur WHS comme n’importe quel autre programme.

Un raccourci apparaitra sur le bureau à la fin de l’installation pour lancer le tableau de bord de Vmware. Un avertissement peut apparaitre de la part d’internet explorer: pas de panique, on passe outre, Vmware est sans danger. Il n’y a plus qu’à s’identifier à l’aide du nom d’utilisateur et mot de passe de votre session Windows actuelle.

Tant que nous en sommes au téléchargement, il en reste un dernier: téléchargez dès maintenant la dernière image ISo de Debian en 32 bits, ce qui sera bien suffisant. Seul le premier CD sera nécessaire.

 

II. Configuration de la Time Capsule

On commence donc par créer une machine virtuelle dans Vmware.

 

 

On lui donne un nom et on indique où la stocker:

 

 

Et on indique qu’on va installer un système Linux Debian en 32 bits (notre serveur ici tourne en 64 bits, mais un Linux en 32 bits sera suffisant et plus petit).

 

 

128Mo de mémoire Ram seront suffisants:

 

 

Ensuite on crée un nouveau disque dur, auquel on affecte 1Go. Ce disque dur contiendra le système Linux, qui n’a pas besoin de plus:

 

 

On ajoute une connexion réseau en pont:

 

 

Puis on indique l’image ISO de la distribution Debian qu’on a téléchargé plus haut pour simuler le lecteur CD:

 

 

Pas la peine d’ajouter de lecteur de disquette ni de port Usb, ce sera inutile pour notre utilisation.

 

 

On valide ensuite la création de notre machine virtuelle.

Dernière chose: l’ajout d’un second disque dur qui servira au stockage des backups de Time Machine. Notre nouvelle machine virtuelle étant sélectionnée, on clique sur « Add Hardware », et on choisi « Hard »:

 

 

On indique l’espace qu’on souhaite allouer au stockage des sauvegardes. Ici j’y consacre 300Go, par exemple:

 

 

C’est terminé pour la création de notre machine virtuelle. Il n’y a plus qu’à installer un système d’exploitation dessus.

On « allume » donc la machine virtuelle, comme si nous allumions un vrai pc, pour qu’elle démarre sur le disque d’installation de Linux. Pour cela, on va sur l’onglet « console » de la machine virtuelle, et on clique sur le gros bouton en forme de flèche pour lancer la machine. La première fois il est possible que Vmware vous demande d’installer un plugin, qu’il vous faudra accepter.

 

 

Vous allez alors voir démarrer l’installation de la distribution Debian (Linux):

 

 

Choisissez « Install ». Dans l’écran suivant sélectionnez le francais:

 

 

Puis France

 

 

et enfin le clavier francais:

 

 

Ensuite entrez le nom que vous souhaitez donner à votre machine:

 

 

A la question suivante, concernant le nom de domaine, vous pouvez laisser vide.

Il faut ensuite définir un mot de passe root ( = administrateur). Ici, j’ai par exemple mis tmroot

 

 

Et créer un utilisateur « standard », qui sera utilisé par Time Machine. En nom d’utilisateur et en mot de passe j’ai mis ici tmuser:

 

 

On va enfin pouvoir passer à l’installation sur le disque dur, en choisissant l’installation « Assisté – utiliser un disque dur entier »:

 

 

Puis on sélectionne le disque qui fait 1Go:

 

 

 

On confirme et on applique ces choix:

 

 

Il n’y a plus qu’à patienter quelques minutes que le système s’installe:

 

 

A la question « faut il analyser un autre disque » répondez par la négative:

 

 

Et confirmez l’utilisation d’un miroir pour les paquets (les fichiers d’installation seront ainsi récupérés directement sur internet, sans avoir besoin de télécharger les nombreux disques Debian):

 

 

Une dernière question vous sera posée, à propos des applications à installer dès le départ: comme on cherche à faire un système très léger, on ne choisira que le serveur SSH pour pouvoir se connecter à la machine à distance, et les utilitaires standarts du système:

 

 

Pour terminer, acceptez l’installation de Grub pour le démarrage de la machine:

 

 

Il n’y a plus qu’à laisser redémarrer la machine:

 

 

Il faut maintenant effectuer quelques petits réglages et installer certains packages (applications). Pour se faciliter la vie, on va s’y connecter via SSH. Il suffit de relever l’adresse IP de la machine virtuelle donnée lors du démarrage, puis de s’y connecter depuis un autre ordinateur à l’aide d’un logiciel comme Putty. Ce sera plus pratique de de devoir travailler dans la console de Vmware (et surtout ca vous permettra de copier / coller les lignes de commande qui vont suivre).

Dans un premier temps, il va falloir préparer le second disque dur « virtuel » qui accueillera les sauvegardes. Les commandes à taper sont en gras pour les identifier:

 

fdisk /dev/sdb

Command (m for help): n

Command action

e extended

p primary partition (1-4)

p

Partition number (1-4): 1

First cylinder (1-13054, default 1):

Using default value 1

Last cylinder, +cylinders or +size{K,M,G} (1-13054, default 13054):

Using default value 13054

Command (m for help): w

The partition table has been altered!

Calling ioctl() to re-read partition table.

Syncing disks.

 

Ensuite on formate le disque dur:

 

mkfs.ext4 /dev/sdb1

 

et on le monte pour qu’il soit acessible facilement:

 

mkdir /mnt/MyTimeCapsuleData

chmod 777 /mnt/MyTimeCapsuleData/

echo /dev/sdb1 /mnt/MyTimeCapsuleData ext4 defaults 0 0 >> /etc/fstab

mount /mnt/MyTimeCapsuleData

 

 

Nous avons besoin maintenant d’installer Avahi, qui est un package permettant la même chose que « Bonjour » sous Apple, mais en open source. C’est ce qui permettra à notre Time Capsule virtuelle d’être vue par le Mac. Pour un soucis de compatibilié, il nous faut la version la plus récente, qui n’est actuellement pas disponible dans les sources par défaut de la Debian. On va donc lui ajouter quelques chemins où chercher…

On va éditer le fichier des sources:

 

nano /etc/apt/sources.list

 

Puis ajouter ces deux lignes tout en bas du fichier:

 

deb http://ftp.us.debian.org/debian/ wheezy main

deb-src http://ftp.us.debian.org/debian/ wheezy main

 

Commentez également la première ligne cdrom à l’aide d’un # devant la ligne, ca évitera que le système vous réclame un CD que vous n’avez pas:

 

 

Faites Ctrl + O pour enregistrer, puis Ctrl + X pour quitter le fichier ensuite.

On définit maintenant la source par défaut:

 

echo APT::Default-Release « squeeze »\; >> /etc/apt/apt.conf

 

On met à jour les paquets:

 

apt-get update

 

Et on installe Avahi:

 

apt-get install avahi-daemon libnss-mdns

 

Puis Netatalk:

 

apt-get install netatalk libc6-dev -t wheezy

 

 

On configure Netatalk via cete commande (sur une seule ligne):

 

echo /mnt/MyTimeCapsuleData MyTimeCapsule allow:tmuser cnidscheme:dbd options:tm >> /etc/netatalk/AppleVolumes.default

 

Maintenant on configure Avahi en éditant son fichier de configuration:

 

nano /etc/nsswitch.conf

 

Recherchez la ligne

 

hosts: files mdns4_minimal [NOTFOUND=return] dns mdns4

 

pour y ajouter « mdns » à la fin:

 

 

et on crée le fichier

 

nano /etc/avahi/services/afpd.service

 

qui contiendra cela:

 

<?xml version= »1.0″ standalone=’no’?><!–*-nxml-*–>

 <!DOCTYPE service-group SYSTEM « avahi-service.dtd »>

<service-group>

<name replace-wildcards= »yes »>%h</name>

<service>

<type>_afpovertcp._tcp</type>

<port>548</port>

</service>

<service>

<type>_device-info._tcp</type>

<port>0</port>

<txt-record>model=TimeCapsule</txt-record>

</service>

</service-group>

 

Ctrl + O pour enregistrer, et Ctrl + X pour fermer le fichier.

 

 

On redémarre les services

 

/etc/init.d/netatalk restart

/etc/init.d/avahi-daemon restart

 

C’est fini !

 

III. Configuration du Mac

 

Votre machine virtuelle est en fonctionnement ? Le plus dur est fait.

Sur le Mac, rendez vous maintenant dans le panneau Système, puis Time Machine.

Cliquez sur « Choisir un disque », vous devriez voir apparaitre MyTimeCapsule, qui est donc la Time Capsule virtuelle qu’on vient de configurer:

 

 

Il est possible que le Mac vous demande un identifiant. Dans ce cas, tapez « tmuser » en nom d’utilisateur et en mot de passe (ou ce que vous aurez entré lors de l’installation de la Debian).

La première sauvegarde Time Machine devrait alors se lancer automatiquement:

 

 

La première fois, elle prendra un peu de temps, selon la quantité de données que vous avez à sauver. N’hésitez pas à vous rendre dans « Options » pour interdire la sauvegarde de répertoires qui vous paraissent inutiles, ce qui contribuera à réduire la taille du backup:

 

 

Chez moi la sauvegarde de 270Go a nécessité près de 6h. Mais ensuite, le backup devient totalement transparent, seuls les fichiers modifiés étant sauvés par la suite.

Une fois les sauvegardes faites régulièrement, on peut utiliser Time Machine pour restaurez n’importe quel fichier du système, voire même réinstaller le système complet s’il le faut.

 

 

IV. Conclusion

 

Je vous l’accorde, ce n’est pas la méthode la plus simple qu’on ait vu. Mais elle a le mérite de parfaitement fonctionner, même avec mon OSX Mountain Lion à jour.

Puis ce n’est pas cette machine virtuelle, avec ses 128Mo de ram et son OS d’1Go, qui va épuiser mon serveur WHS :p Mais au moins, ce dernier héberge vraiment toutes les sauvegardes, que ce soit PC ou Mac, et cela en toute transparence. Le système fonctionne chez moi déjà depuis 3 semaines sans aucun soucis, et la restauration de fichiers fonctionne parfaitement. Bref, si vous cherchez une solution pour sauvegarder votre Mac sur votre serveur WHS 2011, vous savez quoi faire !

Pour ma part, je remercie Kevin Herring qui est à la base de cette solution très pratique, car une telle astuce, ca ne s’invente pas ;-)

Vous aimez ? Partagez le ! Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on RedditShare on TumblrShare on LinkedInBuffer this pageFlattr the authorEmail this to someone







  

x