A voir
 

Test des Wireless Tags, des sondes sans fil polyvalentes

 
IMG_6538
IMG_6538
IMG_6538

 
Présentation
 

Catégorie:
 
Prix:
 
Fabricant:
 
Qualité
 
 
 
 
 


 
Fonctions
 
 
 
 
 


 
Utilisation
 
 
 
 
 


 
Prix
 
 
 
 
 


 
Note Globale
 
 
 
 
 


Note des Lecteurs
3 Total des notes

 

Pour


Nombreuses fonctions, prix très abordable, intégration facile aux box domotiques

Contre


Dépend d'un clous extérieur, design pas très sexy, autonomie de la pile qui peut être très courte selon les réglages


Posté le18 février 2013 par

 
Test Complet
 
 

J’ai découvert l’été dernier les Wireless Sensor Tags, développés par la société Californienne Cao Gadgets.

Le « tag » est un petit périphérique équipé d’un capteur de température, de mouvement ultra sensible, d’un beeper, et d’une led, qui communique avec une passerelle réseau. De nombreuses applications sont possibles avec ce même tag:

  • Notifications sur son smartphone lors d’une ouverture de porte
  • Notification en cas d’une température trop haute ou trop basse
  • Monitoring de la température intérieur ou extérieur
  • Retrouver un objet égaré en faisant sonner un objet (clefs, télécommande,…)
  • etc…

Séduit par le principe et les possibilités de ce tag, j’ai passé commande d’un kit. Il a fallu de longs mois d’attente pour attendre la fin du développement, la mise en production, etc… mais ca y est, ils sont là ! Comme d’habitude, je vous en propose donc un petit test…

 

I. Déballage

 

Le kit de base, qui coute 87$, est composé de la passerelle de communication entre les tags et le cloud de la société, et d’un tag. J’avais également commandé deux tags supplémentaires à 18$ pièce histoire de pousser les tests et amortir les frais de port ;-)

J’ai donc recu tout cela parfaitement emballé, avec une alimentation francaise:

 

 

Nous avons donc:

  • la passerelle
  • une alimentation 5V
  • un cable ethernet
  • 3 tags avec pile
  • 3 piles de rechange
  • 3 scratchs pour fixer les tags où on le souhaite

La passerelle est un petit boitier minuscule:

 

 

Il dispose d’un port ethernet et d’une prise mini Usb à l’arrière pour le relier au réseau et l’alimenter:

 

 

A l’avant, on trouve l’antenne pour communiquer avec les tags, et une série de voyants qui s’animeront lorsque les sondes communiquent, que le réseau est actif, etc…

 

 

Pas de bouton ni rien: on branche, la passerelle est active. Difficile de faire plus simple.

Penchons nous maintenant sur les tags.

 

 

Les tags sont légèrement plus petits que la passerelle (43mm de côté et 5mm d’épaisseur). Il s’agit en fait d’un petit circuit imprimé embarquant les différents capteurs, led, buzzer, le tout alimenté par une pile bouton et protégé par une pochette en silicone très résistante, qu’on peut étirer et déformer pour fixer le capteur où on souhaite.

 

 

L’un des angles possède même un petit trou pour l’accrocher par exemple à un porte clé:

 

 

 

Les deux encoches de chaque côté, elles, permettent d’y glisser une bande scratch pour fixer le tag à quelque chose qu’on souhaite monitorer.

 

 

Passons maintenant à son installation pour voir ce qu’il est possible de faire.

 

II. Installation

 

Les Wireless Tags reposent sur le principe du cloud, il faut donc commencer par se connecter au site https://www.mytaglist.com et créer un compte. Ce service est totalement gratuit.

On renseigne le numéro de série de la passerelle, collé dessus, on lui donne un nom, puis on indique son adresse mail et un mot de passe.

 

 

Bien qu’il s’agisse d’une interface web tout à fait utilisable sur pc, le design de celle ci est clairement fait pour des appareils mobiles.

On peut d’ailleurs utiliser directement l’application mobile pour iPhone / iPad / Android et ajouter / gérer ses tags depuis l’application, sans avoir besoin d’un ordinateur.

 

 

On arrive sur une interface avec quelques boutons. Au départ, aucun tag n’est disponible, bien sûr. Il faut commencer par en ajouter, en cliquant sur « Add a New Tag » en haut à gauche.

 

 

Pour s’y retrouver, il vaut mieux associer les tags un par un. On les recoit avec une pile déjà installée, mais les tags ne sont pas actifs, la pile étant séparée du connecteur par une petite languette en papier. Il suffit de retirer cette languette, puis de cliquer sur « Search a unassociated tag ». La passerelle va rechercher les tags non associés à proximité.

 

 

Le tag est détecté assez rapidement. On peut voir tout de suite sa version, l’état de sa batterie, et la puissance du signal. Il n’y a plus qu’à lui donner un nom, puis on peut ajouter une petite note si on le souhaite:

 

 

Un clic sur « Associate », et c’est fini. On retrouve ensuite notre tag dans l’interface:

 

 

On ajoute ainsi un à un les différents tags qu’on possède. La passerelle peut en accueillir jusqu’à 255.

Sur le « tableau de bord », un clic sur le tag affiche les informations supplémentaires à son sujet: état de la batterie, signal, dernière mise à jour, et température.

 

 

En allant dans les paramètres (bouton Settings, puis Wireless), on peut jouer avec différents réglages comme la fréquence à utiliser (si jamais la fréquence actuelle se trouvait saturée par d’autres équipements) et l’intervalle entre chaque remontée d’information, qui impacte directement la batterie. D’ailleurs, on voit s’adapter en direct la durée de vie de la batterie estimée, qui peut aller de quelques semaines à plusieurs années ! Ici, avec un temps de réponse de 2s, ce qui est rapide, on peut espérer un durée de vie d’environ un an. Si on passait ce temps de réponse à 9s, on pourrait tenir plus de 4 ans ! Ces paramètres sont donc très importants et à adapter en fonction des besoins et des « taches » qu’on confiera aux tags…

 

 

III. Fonctions

 

Avec ses différents capteurs, ce Tag propose bien évidemment différentes fonctions.

 

3.1 Température

 

Au départ, sur 3 tags, aucun ne me renvoyait la même température, avec certaines valeurs très peu probables… Heureusement, il est possible de recalibrer la température en se rendant dans le menu « Options » puis « Temperature »:

 

 

Pour ma part j’ai placé tous mes tags à côté de ma station Netatmo, qui me remonte une température fiable, puis je les ai laissés une heure le temps qu’ils « s’acclimatent ». J’ai ensuite relevé la température de la station Netamo, puis je l’ai reportée dans les réglages des Tags. En cochant « Apply to all tags » en haut de l’écran, puis en cliquant sur le bouton jaune « Calibrate », on recalibre tous ses tags rapidement en une fois :D
Tant que nous sommes sur cet écran, il est possible ici de décider si on souhaite suivre la température, en cochant simplement « Monitor temperature ». On définit ensuite une fourchette de températures à respecter. Par exemple sur la capture, on considère qu’une température entre 5 et 27°C est normale. Si la température sort de cette fourchette, il est possible d’être prévenu par mail, message sur twitter, sonnerie sur le smartphone, alerte vocale, ou encore une vibration. Pratique par exemple pour surveiller la température d’un réfrigérateur…


3.2 Mouvement

Le Tag est équipé d’un gyroscope, qui lui permet de savoir dans quelle position il se trouve, ou s’il est en mouvement.
Un peu comme pour la température, on peut calibrer le détecteur en réglant sa sensibilité. On peut ensuite choisir son mode de fonctionnement, en détecteur d’ouverture de porte, ou en capteur de mouvement.
En détecteur d’ouverture de porte, on peut régler l’angle qui déclenchera l’alerte. La notice conseille 22.5° pour une porte de garage, et 5° pour une porte classique. Dans les faits il faut tester différents réglages et conserver celui qui se déclenche correctement, sans fausse détection. Une alerte pourra alors être émise si cette position venait à changer. Le Tag pourra être fixé sur une porte à l’aide de double face, ou d’une bande velcro. Voire même être simplement posé, dans un compartiment de la porte du frigo par exemple.
En détecteur de mouvement, on pourra attacher le tag à un objet de valeur, par exemple, pour être prévenu dès qu’il change de position. Grâce au gyroscope, la détection de mouvement pourra se faire au moindre mouvement, même très léger, selon la sensibilité réglée.
Différentes alertes peuvent être paramétrées: dès que la porte s’ouvre, si la porte reste ouverte 30s, 5min, 1h, etc…
En cas d’alerte, on pourra se faire envoyer un mail, un tweet, une alerte sur son smartphone, faire sonner le Tag, etc…
On pourra également être notifié quand la porte se refermera.
Pour ce type de surveillance, le Tag doit être « armé ». On peut le faire manuellement en cliquant sur le bouton « Arm » à côté du Tag en question, sur le tableau de bord, ou bien définir un calendrier avec les heures où le tag doit être activé automatiquement:


3.3 Détection d’objets perdus

Comme il est possible de faire sonner le Tag , voire même d’allumer sa led, on peut également utiliser ce Tag fixé à un objet afin de le retrouver facilement: trousseau de clés, télécommande TV, etc…
Si on ne retrouve plus son trousseau de clés, un simple appui sur le bouton Beep fera sonner le Tag:
On pourra le faire sonner 5s, 10s, etc… ou bien jusqu’à ce que le Tag bouge. Si on choisi cette option, le Tag bipera jusqu’à ce qu’on le trouve et qu’on le prenne, donc.


3.4 Sortie du champ

Enfin, dernière fonction qui peut être pratique: la détection de la « disparition » du Tag dans le champ d’action de la passerelle.
Si le Tag est trop éloigné, la passerelle peut le signaler. A l’inverse, elle peut signaler quand le Tag est de nouveau à portée.
Imaginons que nous mettions le Tag accroché à notre porte clé. En plus de pouvoir retrouver ses clés égarées, la passerelle pourra savoir si on est présent à la maison ou non :D
Nous verrons un peu plus loin concrètement ce que nous pouvons faire de cela…


3.5 Statistiques

Le relevé de températures ou les détections de mouvements sont enregistrés et peuvent être consultés sous forme de graphiques:
Attention, les données ne sont conservées que deux mois, d’où l’intérêt de pouvoir les télécharger en fichier CSV (option en haut à droite des graphiques).


IV. Personnalisation des alertes

Toutes les alertes peuvent être personnalisées: mails, messages Twitter, etc…

 

Il y a de nombreuses alertes, comme on peut le voir, avec chaque fois la possibilité de passer une ou deux variables qui seront remplacées par les valeurs réelles du Tag:

 

 

Il est donc facile de « franciser » les alertes comme on le souhaite.

Mais il y a un autre type d’alerte qui nous intéresse plus que tout: l’appel d’URL ! Oui, en fonction des évènements, il est possible d’appeler des URL, avec même la possibilité d’y passer des variables :D

 

 

On peut donc imaginer envoyer les données à des sites comme Cosm, envoyer des notifications Prowl ou sur le Karotz à l’aide du service PushingBox, ou encore alerter notre box domotique ! Il faut simplement que celle ci puisse être pilotée par des requêtes HTTP, ce que bon nombre de box font aujourd’hui (Vera, eedomus, Zibase, Fibaro Box, etc…).

Un exemple sur ma box eedomus:

 

On crée un état sur l’eedomus

 

Et on lui affecte les valeurs qu’on souhaite

 

Ici, je vais utiliser la détection qui permet de savoir si le Tag est à portée de la passerelle ou non (la portée est d’environ 60m, ce qui laisse de la marge).

Il n’y a plus qu’à renseigner les appels URL sur le Tag, en indiquant l’ID du device qu’on vient de créer, et en passant la valeur 0 ou 1 selon si on part ou si on arrive:

 

 

Voilà, avec un Tag à 18$, ma box eedomus sait maintenant quand je suis à la maison ou non. Et en plus, si je ne trouve plus mes clés, je peux faire sonner le Tag ;-)

 

 

Autre exemple, cette fois utilisé en détecteur d’ouverture sur ma porte de garage, fixé à l’aide de la bande scratch:

 

 

Même principe, je crée un état sur l’eedomus:

 

 

 

Et je renseigne les URL sur l’interface Wireless Tag:

 

 

J’ai donc un capteur « virtuel » sur l’eedomus qui sera activé à chaque changement d’état de ma porte de garage, que je peux tout à fait utiliser dans mon système d’alarme :D Au passage, histoire d’optimiser l’utilisation du Tag, j’en profite pour monitorer la température du garage. Par contre, attention, pour le moment je n’ai pas trouvé comment faire remonter la température sur l’eedomus: en effet, pour économiser la batterie, le Tag ne se manifeste que si la température est en dessous ou au dessus de la fourchette définie. J’ai donc juste créé un état sur l’eedomus me disant si la température est trop basse ou normale, ainsi je pourrai déclencher une alerte s’il y a un risque de gel dans le garage…

Comme vous le voyez, les mises en application sont multiples ;-)

 

V. Conclusion

 

Les Wireless Tags m’avaient séduit par leur possibilités sur le papier. J’ai dû attendre quelques mois pour les recevoir en direct des USA, mais je dois dire que niveau fonctionnalités, la description n’avait pas menti. Et les nombreux types de notifications possibles sont un vrai plus, surtout avec la possibilité d’appeler des URL, qui rend ainsi possible leur intégration avec nos box domotiques. Pour pas cher (18$), on peut donc avoir une sonde de température, de mouvement, et de présence (dans le sens « présent ou absent de la maison »), avec une autonomie relativement longue en fonction des réglages qu’on fera. Sur ce dernier point, il faudra effectuer des tests selon les cas, car les batteries peuvent durer plusieurs années comme plusieurs jours seulement, si on opte pour quelque chose de très sensible et très réactif…

A noter que de nouveaux capteurs sont sortis le mois dernier, cette fois pour suivre l’humidité / inondation, toujours à 18$. Ils sont bien sûr compatibles avec la même passerelle.

 

 

On l’a vu, ces capteurs sont vraiment intéressants pour leur prix et leurs fonctions. Toutefois, on pourra leur reprocher deux défauts:

  • la dépendance d’un cloud, donc de serveurs extérieurs appartenant à une société
  • leur design, pas spécialement sexy. Testé sur mon porte clé pour les tests, mais j’avoue que je ne le garderai pas dessus, car pas très beau et un peu encombrant :/ Finalement pour le moment ils me servent à suivre l’état de ma porte de garage où je n’avais pas de capteur Z-Wave, et la trappe d’ouverture de mon poulailler :p

Le site de la société est très bien fait, avec de nombreuses vidéos de démonstration, de l’aide sur la configuration, etc… Même si le paramètrage et les fonctions sont très complètes, ces Tags restent relativement faciles à utiliser si on passe un peu de temps à lire la doc comme il faut. Mais je réserverai plutôt leur utilisation aux bidouilleurs. D’ailleurs, une API complète est mise à disposition pour ceux qui souhaiteraient développer leur propre application.

Vous aimez ? Partagez le ! Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on RedditShare on TumblrShare on LinkedInBuffer this pageFlattr the authorEmail this to someone







  

x