A voir
 

Test et installation du HP Micro Server Proliant N40L

 
proliant_microserver
proliant_microserver
proliant_microserver

 
Présentation
 

Catégorie:
 
Prix:
 
Fabricant:
 
Qualité
 
 
 
 
 


 
Fonctions
 
 
 
 
 


 
Utilisation
 
 
 
 
 


 
Prix
 
 
 
 
 


 
Note Globale
 
 
 
 
 


Note des Lecteurs
46 Total des notes

 

Pour


Taille réduite, faible consommation, discret, polyvalent, qualité d'un serveur professionnel, prix avec l'ODR

Contre


Vraiment pour chipoter: le CPU soudé à la carte mère, qu'on ne pourra donc pas upgrader


4
Posté le21 août 2012 par

 
Test Complet
 
 

Suite à l‘offre spéciale proposée par HP dont je vous ai parlé il y a quelques semaines, soit la possibilité d‘avoir un serveur pour moins de 170€, j’ai moi même profité de l’offre :D

Je vous fais donc aujourd’hui une petite présentation de la bête, et de ma propre installation…

 

 

I. Déballage

 

Le serveur est arrivé bien emballé, dans un carton plutot lourd. Le Proliant fait son poids :D

 

 

Le package est relativement simple: le serveur en lui même, deux cables d’alimentation, l’un au format francais l’autre au format US, une notice de montage, et un CD avec la doc et les drivers nécessaires.

 

 

Le Proliant est une sorte de cube relativement compact, puisqu’il ne mesure que 26,7 x 26,0 x 21,0 cm.

Sur la partie haute, on trouve un emplacement 5″1/4 pour un éventuel lecteur CD, 4 ports Usb en facade, et un logo HP qui viendra s’illuminer d’un bleu geek quand il sera en fonctionnement :p

 

 

On retrouve également sur le haut le bouton d’allumage, et deux leds pour les activités réseau et disque dur.

 

 

A l’arrière, une connectique assez réduite, il faut bien l’avouer:

 

 

On ne trouvera guère plus qu’une sortie VGA, deux ports USB, une prise ethernet (Gigabit), et une prise e-sata. En même temps, un serveur digne de ce nom n’a pas pour but d’être relié à un écran et une paire d’enceintes. En général on le branche à une prise électrique, au réseau informatique, et on y accède à distance…

Le serveur pourra toutefois évoluer grâce aux deux slots PCI disponibles.

On remarquera au passage le gros ventilateur de 12cm, chargé d’aérer les disques durs. Tout à droite, un petit ventilo pour l’alimentation, qui, malgré sa taille, sait rester discret pour ne pas se faire entendre. Je ne dormirai peut être pas à côté, mais à côté de mon bureau pendant les tests, il restait très discret.

Mais voyons maintenant la partie la plus intéressante: ce que cache la porte que nous avons vu à l’avant:

 

 

La porte se déverrouille à l’aide d’un petit tour de clé, ce qui permettra de protéger l’intérieur du serveur, tout en y ayant accès facilement. Là, on y découvre la cage des 4 disques durs:

 

 

On y retrouve le principe de rangement des disques des serveurs professionnels: rangés dans des tiroires en plastique, il se démontent très facilement  sans outil quand on en a besoin:

 

 

Le premier compartiment est utilisé par le disque dur de 250Go fourni. Les autres tiroirs n’attendent que de nouveaux disques durs:

 

 

Le montage est très simple, et tout a été très bien pensé. Il suffit de glisser un disque dur dans ce tiroir en plastique, puis de le fixer à l’aide des vis logées dans la porte du serveur (la petite clé est également fournie dans la porte pour un montage rapide):

 

Les vis noires sur le bas sont pour les tiroirs des disques durs, et les vis grises pour l’éventuel lecteur optique.

 

La carte mère se démonte également assez facilement. A l’aide de la petite clé il suffit de dévisser les deux vis à l’entrée, qui maintiennent la carte, puis de débrancher les différents connecteurs.

Le seul vrai obstacle est le connecteur SAS de la cage à disques durs, très difficile à enlever. Il vaut mieux s’aider d’un petit tournevis plat si on ne veut pas casser le connecteur.

 

 

Il suffit ensuite de tirer le tiroir de la carte mère, où on apercoit la barrette de mémoire (2Go ECC), et le radiateur du processeur. Ce dernier est d’ailleurs soudé à la carte mère, pas moyen de le changer, donc, ce qui est un peu dommage :/ Par contre vous remarquerez qu’aucun ventilo n’est utilisé, gage de silence :D

 

 

Passons maintenant à son installation…

Vous aimez ? Partagez le ! Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on RedditShare on TumblrShare on LinkedInBuffer this pageFlattr the authorEmail this to someone







  
  • http://www.lecapagde.com/ le tuc immobilier

    Bonjour, il me reste plus qu’a lire ton article tranquillement, merci … comme beaucoup suis a la recherche de la meilleur sauvegarde … avec des caisse de disque dur en vrac, et un vieux Nas de 500 GO , failli encore cracher un tetra hier… merci pour l’essai cordialement philippe

  • Bob

    Bonjour!

    Super article :)

    Pour bien comprendre l’installation du Proliant avec 6 disques et une carte PCIe nécessitant une alimentation. De ma compréhension tu as été obligé d’utiliser 2 adaptateurs Molex ?

    1 adaptateur Y Molex vulgairement appelé « IDE » 1Male / 2 Femelles > branché sur le Molex initialement prévu pour le lecteur DVD, puis 1 vers la carte PCI et l’autre vers le 2eme connecteur de type Y Molex vulgairement appelé  » Sata » 1Male / 2 Femelles

    C’est bien ça ?
    Enfin si c’est clair !!

    Merci :)

  • Pierre Ierow

    Personne n’a eu de souci avec le bot loader avec Freenas ?
    Quand je l’installe il ressort une erreur « BTX Loader is 1.00 BTX version is 1.02″ :(

  • tiiiit

    Bonjour tout le monde, très instructif, ça m’a inspiré et permis de modifier mon Proliant qui tourne comme un avion depuis plus d’un an.

    Par contre, je viens de lui injecter 2 X 3to WD Red et le gestionnaire de disque ne me détecte, pour chacun des disques, que 2048,00 Go, que je peux définir en volume simple, et 746.52 Go, dont je ne peux rien faire…

    Quelque chose à bidouiller, dans les réglages, de mon Windows (Home Server 2011), du bios, un bios à flasher ? Ou juste un logiciel de formatage un peu plus évoluer ?

    Help me, please !


x