Au coin du feu dans une maison en bois. Vos expériences ?

Avec ce temps tout gris, même si c’est de saison, je me suis laissé à m’imaginer au coin du feu dans un chalet bien douillet, en pleine montagne. Du coup, j’ai commencé à regarder la construction des chalets, et de fil en aiguille, j’ai fini par visiter des sites de constructeurs de maisons en bois. Un domaine auquel je ne m’étais pas tellement intéressé, mais je me suis rendu compte que d’énormes progrès avaient été faits dans ce domaine. D’ailleurs, beaucoup de constructeurs, autrefois spécialisés dans la construction de chalets, se sont reconvertis aux maisons bois.

Comme vous le savez j’ai fait construire il y a 8 ans, une maison classique, en parpaings, avec crépi et tuiles mécaniques. Tout ce qu’il y a de plus classique. A l’époque il n’y avait pas encore la norme RT2012, qui impose des contraintes assez drastiques sur la consommation d’énergie et donc l’isolation. Une construction était déjà relativement chère il y a huit ans, mais cette norme a eu un impact assez néfaste sur les prix, qui ont été revus à la hausse :/

Sans compter qu’une construction traditionnelle impose pas mal de contraintes au niveau de la structure du batiment. On peut faire de belles choses, compliquées, “design”, mais le prix se corse également. Tout comme le temps de réalisation.

Face à cela, la construction bois semble plus souple sur ces trois aspects. On est en effet très loin du bon vieux chalet à la montagne. D’ailleurs les maisons bois viennent s’installer partout. Pour preuve, des logements passifs à ossature bois ont été construits dans le 20ème Arrondissement de Paris. Ces structures innovantes et écologiques ont été réalisées par l’architecte Pascal Gontier pour l’organisme RIVP:

La structure est assez “cubique”, mais nous sommes en pleine ville. Les logements concus ici ont été prévus avec de larges baies vitrées pour profiter au maximum de la lumière naturelle, une VMC double flux assure à la fois la ventilation et le chauffage des logements, complétée par un puits canadien hydraulique qui assure un préchauffage de l’air en hiver et un rafraichissement de l’air en été. La toiture, elle, est végétalisée de façon à assurer une rétention des eaux pluviales et obtenir un rafraîchissement en été par évapotranspiration. En plus de tout cela, le bâtiment a recu une installation solaire thermique de 33 m2 sur la toiture du bâtiment le plus haut. Un très beau projet !

Mais pour en revenir à des projets plus orientés “particuliers”, il est possible de découvrir de belles demeures en bois sur la toile.

On peut trouver bien sûr des maisons ossature bois aux formes classiques, mais surtout des demeures en bois inspirées d’une architecture moderne, voire même des modèles dont la structure ressemblerait à des châteaux ou à des maisons de luxe. L’avantage du bois est que les constructions sont modulables et souples.

Pourtant, le prix des maisons n’est au final pas si cher, d’autant qu’elles sont parfaitement respectueuses des normes RT2012 et BBC Effinergie. Le bois a en effet de nombreux avantages:

  • Sur la construction: aucun temps de séchage n’est nécessaire, si bien que la pose de l’ensemble de l’ossature de la maison prend à peine deux à trois semaines, contre au moins six mois pour une maison traditionnelle. Autant dire que cela se ressent sur le cout global.
  • Sur le confort: les murs en bois sont respirants. De plus, le bois ne retient aucune vapeur d’eau. Et peu importe le temps qu’il fait, l’hygrométrie est régulée naturellement tout au long de l’année. Sans parler de l’ossature bois qui est dépourvue de ponts thermiques. L’isolation est donc naturellement très bonne, ce qui génère des économies d’énergie considérables.

L’un dans l’autre, une maison à ossature bois ne coute alors pas plus cher qu’une maison traditionnelle. Mais par la suite sur le long terme l’entretien et les économies réalisées grace a la maison en bois rendent apparemment cette dernière plus intéressante.

Reste à voir sur la durée. Il est vrai qu’on ne jure que par les batiments en “dur” en France, contrairement à des pays comme les Etats Unis où la plupart des batiments sont en bois. Les habitudes ont la vie dure :p

S’il y en a parmi vous qui ont choisi ce type de maison à ossature bois, je serai curieux d’avoir vos retours à ce sujet: prix, confort, etc… Qu’en pensez vous ? Car les plaquettes des constructeurs sont très jolies, bien évidemment, mais qu’en est il dans la réalité ?


15 Commentaires
  1. Pour retrouver quelques témoignages d’expérience sur la maison bois : http://www.scoop.it/t/habitat/?tag=t%C3%A9moignages

    Pour ma part, passionné par ce sujet depuis 5 ans, voici ce que je peux en dire :
    – préférer l’ossature bois au madrier, plus joli, mais inadapté à nos climats (trop de variation de températures et d’humidité)
    – construire le projet avec une entreprise ayant une solide expérience du sujet (au moins 10 ans)
    – l’orientation du bâtiment est primordial ainsi que sa conception. Préférez un porfessionnel ayant de solides connaissances en bioclimatisme
    – ne faites pas les choses à moitié : construire bois c’est construire durable. Le choix des autres matériaux est donc tout aussi important (isolant, revêtement, finitions).

    Même si la construction d’une maison bois va environ 5 fois plus vite qu’une construction traditionnelle, la préparation en amont est certainement plus complexe. Il faut donc prendre son temps pour étudier le projet …

  2. Pour ma part je n’ai pas construit en bois malgré tous les avantages car il y a un gros inconvénient qui l’embête beaucoup: le manque d’inertie… Pour avoir interroge quelques possesseurs de maisons en bois, le problème est surtout en été, pas de maison rafraîchie pendant la nuit et qui reste agréable pendant la journée quand il fait chaud. En hiver le problème est moindre mais la maison se refroidira aussi beaucoup plus vire qu’une maison en dur en cas d’ouverture de portes, fenêtres er autres.
    Certains constructeurs réalisent des chapitres en dur pour diminuer le problème.
    Pour moi, a coût identique, je préfère une maison traditionnelle qui sera aussi probablement plus longtemps debout que une en bois.

  3. Impossible d’éditer…
    Au lieu de chapitres il fait lire chapes

  4. Attention au manque cruel d’inertie dans ces maisons !! Une maison super isolée avec des isolants légers (laine de bois / paille / laine de verre / etc…) n’offre vraiment aucune inertie : certes ça isole, mais ça ne fait pas tout ! Il faut lisser les variations de température (aussi bien quand il fait froid que chaud), et c’est le rôle de l’inertie ! Nous avons construit en monomur sans isolant rapportée à l’intérieur (pour profiter au maximum des bénéfices du monomur : isolation et masse), nous sommes ravis ! Préférez du béton cellulaire ou de la brique forte épaisseur (36.5cm minimum).

    Il existe maintenant d’autre modes de construction très intéressant comme ici : http://www.lavoixdunord.fr/region/dourges-bienvenue-dans-la-maison-passive-imaginee-par-laura-ia34b0n2570977, ou là (murs béton plein : http://www.forumconstruire.com/photos/viewer-pid_377881,pj_8027.php, et ITE par dessus, aspect maison bois : http://www.forumconstruire.com/photos/viewer-pid_540064,pj_8027.php)

    C’est encore un peu difficile de trouver ça en France, on est très en retard, mais en cherchant bien, ça se fait ! Ces maisons c’est le top du top !

  5. J’ai construit en bois l’année dernière et on ne regrette pas du tout.
    La maison est naturellement plus chaude qu’une en béton qui rayonne plus le froid et le parquet renforce évidemment ce confort.
    Pour l’inertie c’est un fait, elle est inexistante. On peut voir ça comme un inconvénient mais nous le voyons comme un avantage. Certes il faut impérativement être très bien isolé et protégé du soleil l’été (pergolat / casquettes / avancée de toit) pour ne pas être surchauffé. Mais si c’est pensé dès le début aucun problème.
    Le manque d’inertie a un avantage certain: Ça se chauffe beaucoup plus vite (on chauffe 140m2 avec un poêle de 8kw) et c’est beaucoup moins complexe à gérer. J’ai un ami qui a construit en monomur et qui regrette un peu l’inertie car c’est plus complexe de devoir évaluer si il doit chauffer ou couper par anticipation des conditions climatiques car c’est beaucoup plus long à chauffer. Nous s’il fait froid on chauffe et 2h après il y a 21 partout dans la maison.
    Pour information, avec notre isolation par l ‘extérieur, le triple vitrage et la conception bioclimatique on ne consomme que 250€ / 300€ de granulés bois par an.
    L’autre avantage du bois, étant autoconstructeur partiel, c’est que tout est droit et très précis au niveau des alignement, et la rapidité de mise en oeuvre du hors d’eau hors d’air fait gagner un temps précieux sur le délai de construction avec un chantier plus propre et moins humide qu’une maison traditionnelle.

  6. Je confirme l’inertie très faible de ce genre de maison. La notre est une ossature bois de 1972, qui a été complètement remanié (façades remplacées). Au chapitre des avantages la chauffe ultra rapide même avec un plancher chauffant, excellent confort en hiver. Les inconvénients ont été cités, il est compliqué de rafraichir en été pendant la nuit, surtout dans mon cas qui est une maison de plain pied. Mais même ici en Alsace ou les étés sont bien chauds, on ne dépasse jamais 26° en intérieur (avec des températures externes de 38-40), grâce à l’isolation. Autre avantage pour l’autoconstruction, un chantier très propre (pas de ciment ou de mortier), pas de matériaux lourds à trimbaler, un minimum d’outillage pour monter la structure.

  7. C’est marrant tout ces a priori sur la maison bois. Hors du parpaing point de salut !
    J’habite a 900 d’altitude, dans l’est. Les -20° sont fréquents, les journées chaudes l’été sont aussi la. Et la construction bois est naturelle ici, elle représente plus de 40% des constructions, et cela depuis des décennies.
    Et le confort de es maisons n’est plus à démontrer !
    J’ai construit pour ma part une ossature bois “particulière” dont la forme tétradecagonale aurait été difficile à réaliser en maçonnerie.

  8. Ayant été du métier, je rejoins totalement Mon habitat vert :

    Vite construit ne veut pas dire vite pensé/muri, bien au
    contraire !

    Plus que jamais, chaque détail doit être pensé, muri, avec
    la constante interrogation du problème de la ventilation.

    Le Bioclimatisme est une jolie expression qui se veut
    moderne …, dans les réalités, cela fait 1.000 ans (sans doute plus) que les
    architectes digne de ce nom s’en importent.

    Une façade exposée et ouverte au Sud, abritée des vents
    dominants, apportera toujours un agrément à nul autre pareil.

    Je reviens sur les ponts thermiques :

    C’est le casse-tête de toute architecture : un pont
    thermique, c’est un point froid soumis à condensation.

    Si c’est gênant dans une construction classique, en dur,
    cela a l’avantage d’être rapidement visible.

    Avec le bois, c’est plus pernicieux, car invisible, mais
    tout aussi humide et le bois et l’humidité stagnante (+ chaleur) amène très
    rapidement des dégâts parfois considérables !

    Dans le domaine, notre meilleur allié est le plâtre (un
    régulateur d’hygrométrie merveilleux !)

    Encore une fois, un concepteur compétent + un constructeur
    sont nécessaire et c’est relativement rare !

    Un des problèmes de la construction légère (et de celle en
    bois, par conséquence), est effectivement la faible inertie thermique.

    Il y a mille et un moyen d’y pouvoir.

    Encore une fois, cela se défini à la conception.

    Par exemple, une cuve d’eau emmagasine une masse calorifique
    (bien plus importante à poids et volume comparable qu’une masse de cailloux ou
    de fonte ..)

    Le top serait de réaliser un accumulateur thermique à
    changement de phase (liquide => solide) ;

    On peut opter, également, pour un gros foyer central du type
    poêle de masse, ou opter pour une cuve d’eau pouvant recevoir différents
    appoints calorifique : solaire ou bois de chauffage.

    Les murs selon le procédé de l’ingénieur Trombe (Un
    français) sont à considérer (Les constructeurs américains en sont bien
    conscients depuis presque 100 ans qu’ils l’appliquent), c’est une autre
    histoire pour voir ce principe revenir chez nous !

    Bref, il y a beaucoup de solutions envisageables, toutes
    étant à adapter en fonction de l’environnement : présence d’eau en sous-sol => oui/non

    Non !

    Une fosse, remplie de gabions peut constituer un bon
    accumulateur thermique, pour un cout très honnête.

    Ayant fait des études d’architecture (8 ans), je déplore que
    tout ce qui fit l’avant-garde architectural des années 20 -80 soit resté lettre
    morte et que quasi aucun de ces concepts incorporé à un modernisme actuel ne se
    soit réalisé, à plus grande échelle.

    Nous avons perdu à bien des égards, une qualité de vie
    certaine, tant du point de vue économique, que du confort, de l’écologie et j’en
    oublie.

    PS : Pour la
    construction bois, la toiture végétalisé (sympathique au demeurant), reste une
    chose délicate, c’est que cela pèse lourd et plus encore en cas d’infiltration
    d’eau !

    La belle construction bois, là où elle amène tout son
    caractère, tant du point de vue vie que du point de vue économie, il faut aller
    la voir du côté des Fustes, ne serait-ce que par curiosité.

    Bonne année à tous.

  9. J’ai découvert ce concept hyper intéressant : http://www.popup-house.com/

    C’est encore un peu flou, je les ai contacté par mail et j’ai reçu une réponse un peu standard, ils ne savent pas encore réellement quand ils pourront commercialiser et ils sont en cours de validation sur pas mal de points donc à voir.

  10. @ Blondin

    C’est un concept déjà bien ancien,
    américain (US).

    Il a fait ses preuves, n’est pas breveté
    aux States (Open Source) et se compose de sorte de caisson 6 faces, en bois
    (OCB) empli d’un isolant (Cellulose).

    Le plan présenté par http://www.popup-house.com/ , est
    intéressant.

    Pour en avoir entendu parler dans mon entourage, après
    quelques réflexions, je déplore que cela ne se décompose pas en modules
    container : cela aurait eu l’avantage
    d’être pré-assemblé, pré-monté et aurait facilité le transport.

    De la sorte le montage n’aurait pris qu’une journée.

    NB : J’avais
    fait dans mes vertes années, un truc dans le genre, mais en polyester / fibre
    de verre, vitré 3 faces et s’articulant autour de 2 modules (chambre-SdB /
    salon-salle-à-manger – cuisine).

    J’avais choisis ce matériau pour sa résistance et sa légèreté : On pouvait aussi bien le suspendre que le
    monter sur piquets, ou encore, l’insérer dans un bâtis béton d’immeuble (Une
    sorte de balcon plug-in)

    Il existe des constructions très similaires, près d’Amsterdam,
    mais sur des bases de container maritime (frigorifique pour l’isolation).

  11. Dans une maison ossature bois depuis 3 ans, mon seul chauffage : un poêle à buche, 2 à 3 stères consommées par an pour chauffer les 130 m² au nord de Lyon, que du bonheur ;)

    Pour l’inertie, cela peut être un problème l’été si maison mal conçue et sans protection solaire efficace, mais c’est tout à fait gérable. Pour l’hiver, la maison se chauffant d’un rien, ce n’est absolument pas un problème (après 10 jours d’absences, je passe la maison de 12° à 20° en 4h et 4 buches, il faut compter environ 15h et quelques buches en plus pour chauffer les planchers et murs), l’niternie, c’est bien, mais c’est aussi + de calories pour chauffer les matériaux….

    Après c’est comme pour tout, il faut absolument faire attention : à la qualité des bois, à la mise en place de l’isolant, à la qualité des menuiseries, à la qualité du poêle…..

    Et depuis plus d’un an, dans une maison bois……domotisée par Eedomus ;) que du bonheur en + !

  12. 2 points:

    – la VMC double Flux ne chauffe pas mais évite la perte de calories de l’air vicié par l’échangeur entre l’air entrant et sortant.

    – le puits canadien en inter saison doit etre by-passé quand la température extérieure convient mieux que celle du puit.

    Un forum à lire pour voir/connaitre les expérience des MOB (Maisons Ossature Bois) : http://www.forumconstruire.com

  13. Étant proche de la frontière, j’ai fait construire avec des belges. Ils ont plus de 10 ans d’avance sur la France!
    Sibomat, Dewaele, ou micasa de très bon constructeur.

    N’hésite pas si question

  14. Bonjour,
    Je suis en train de construire une MOB (sous-sol , rdc, 1 étage) près de Reims avec un constructeur allemand (360° Holzhaus). Cette maison disposera d’une isolation avec laine de bois sur l’extérieur (8cm), ouate de cellulose dans les panneaux (16cm), d’un espace technique à l’intérieur pour le passage des câbles électriques et tuyaux (avec une isolation en laine de bois de 8cm) et sera équipée d’une pompe à chaleur vmc / double flux intégrée (marque stiebel eltron).

    Le choix d’un constructeur allemand a été guidé par le fait que j’avais une confiance limitée dans les compétences des constructeurs bois français et également car ce type de construction existe en allemagne depuis au moins 30 ans, d’où une expérience technique impressionnante. L’inertie sera assurée par des parois intérieures en fermacell ainsi que par des planchers chauffants basse température (donc avec chape) à tous les étages.

    Nous avions aussi le souhait d’avoir un sous-sol habitable. Nous avons donc fait appel à une seconde société allemande (Bürkle Kellerbau) spécialisée dans ce type de construction (sous-sol préfabriquée monté en 4 jours avec parois en béton banché, isolation extérieure en polystyrène haute densité de 10 cm, sauts de loup pour amener la lumière naturelle dans les pièces habitables).

    Je confirme qu’il y a eu une grosse préparation en amont (près de 1 an et demi de recherche et de mise au point du projet).

    Résultat attendu au printemps 2015.

  15. Un peu pour relancer le fil, un peu pour apporter une information plus durable.
    Il y a une vielle architecture, quelque peu tomber en désuétude, mais toujours de mise dans certaines régions. (Sud-Ouest, Vosges, Alpes), c’est la fuste (ayant donné en français moderne : fût).
    Une très belle architecture, très confortable, pérenne (plusieurs centaines d’années), réellement écologique, couteuse mais sans exagérations.
    Un bon site : http://boisbrut.free.fr/
    (Patronné par le C.S.T.B. (Centre scientifique et technique du bâtiment) : la référence professionnelle.)

    Laisser un commentaire

    Ne ratez plus aucune news !

    Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

    Merci pour votre inscription !