Tableau électrique de chantier

Lors d’une grosse rénovation, on casse tout, mais il faut quand même garder de quoi brancher des outils électriques (et une radio…), tout en assurant une sécurité électrique sans faille. Le tableau électrique de chantier s’impose alors.

 

I. Sécurité avant tout !

 

Souvent sur un chantier, on est pressé de commencer et on oublie la sécurité ! Souvenez vous que l’électricité peut vous tuer (ceci dès 48 V). Le fait d’avoir reçu des “châtaignes” par dizaine ne signifie pas que la suivante sera sans conséquence. Beaucoup de facteurs entrent en jeu, notamment le trajet du courant dans le corps humain, et le moment où le choc électrique se produit. Le risque principal est la fibrillation ventriculaire, si le choc se produit au mauvais moment avec un trajet qui passe par le cœur (d’une main à l’autre par exemple). Si ça vous arrive, sans réanimation dans les minutes qui suivent, c’est la mort assurée :cry: . Alors prudence.

L’autre risque est l’incendie, sur court-circuit ou surcharge, surtout sur une installation ancienne non entretenue.

 

II. Rappel sur les équipements de sécurité électrique

 

Les équipements de sécurité électriques sont au nombre de deux : le disjoncteur et le différentiel (je ne parlerais pas des fusibles qui sont de moins en moins utilisés).

Le disjoncteur protège les câbles électriques. Il détecte les surcharges et les court-circuits et coupe le courant avant que les câbles ne prennent feu.

Le différentiel, quant à lui, protège les personnes. En détectant les fuites de courant (si vous touchez un conducteur électrique sous tension, il se crée une fuite de courant vers la terre, à travers votre corps), il vous évite de rester collé au câble. La norme actuelle fixe le calibre des différentiels à 30 mA (à noter qu’il existe plusieurs type de différentiel, avec des courbes de réponse différentes en fonction des équipements branchés dessus, mais je ne m’étendrais pas là dessus dans cet article).

 

III. Exemple de tableau de chantier

 

La maison que j’ai achetée était vraiment en sale état, à tous les niveaux. Le système électrique ne dérogeait pas à la règle. Pas de disjoncteurs divisionnaires, mais des fusibles, un disjoncteur-différentiel de 650 mA comme seule protection des personnes (à comparer à la norme actuelle de 30 mA). Et surtout une installation jamais entretenue, avec des conducteurs à nu dans certaines pièces !

Bref, il fallait concilier la nécessité de tout démonter (et donc d’arracher les câbles des murs), tout en assurant la sécurité et l’alimentation des outils.

J’ai donc monté un petit tableau électrique, équipé d’un différentiel, de 3 prises chacune protégée par un disjoncteur 16 A. Investissement, environ 200 euros. Mais les matériels peuvent être réutilisés dans l’installation finale.

 

 

Le premier jour de chantier, j’ai donc mis en place ce tableau électrique, et coupé tous les câbles qui partait de l’ancien tableau vers la maison. Sur la photo ci-dessous, l’ancien tableau est au centre avec le disjoncteur-différentiel d’origine au milieu.

 

 

Attention toutefois, ce type de tableau électrique nécessite de travailler à proximité de conducteurs sous tension. N’hésitez pas à vous faire assister par un électricien si vous n’êtes pas compétent, car il n’existe alors aucune protection !

Depuis la mise en place de ce tableau, il nous a déjà sauvé la mise plusieurs fois (entre un câble coupé par un outil et la rallonge qui tombe dans la bassine…).


3 Commentaires

      Laisser un commentaire

      Ne ratez plus aucune news !

      Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

      Merci pour votre inscription !