Test de i-Que, le robot connecté pour les enfants

Robot connecté i-Que

79€
Robot connecté i-Que
77.5

Qualité

7/10

    Fonctions

    9/10

      Utilisation

      8/10

        Prix

        7/10

          Pour

          • Jouet nouvelle génération
          • Fonctions intéressantes

          Contre

          • Reconnaissance vocale pas toujours au point
          • Gesticule dans tous les sens quand il parle

          Les objets connectés sont partout, et débarquent même dans les jouets de nos chères têtes blondes. Firby, robots Mecano, poupée Barbie parlante, poupée Cayla, etc… A l’approche de Noel, je me suis amusé à tester le robot I-Que, nouveau venu dans cette nouvelle gamme de jouets. Pour l’occasion, j’ai demandé l’aide de ma fille qui adore ces gadgets high tech ;-)

           

          I. Déballage du robot i-Que

          Comme beaucoup de jouets, le robot i-Que arrive dans un emballage laissant apparaitre le robot à travers une protection en plastique:
          robot_i-que_12

          L’avant et l’arrière présentent ses différentes fonctions: un robot connecté, intelligent, capable de parler, et avec qui on peut jouer.
          robot_i-que_13

          A l’intérieur, on y trouve bien sûr le robot et une petite notice en différentes langues, expliquant un peu mieux le type de fonctionnalités, et surtout l’utilisation.

          robot_i-que_14

          Le robot mesure 25cm de haut. Son look un peu futuriste est plutot sympa, avec cette sorte de gros oeil au milieu, faisant penser au robot de Portal.

          robot_i-que_16

          robot_i-que_15

          A l’arrière, on y trouve un panneau de contrôle, pour l’allumer, un bouton pour sélectionner la langue francaise, anglaise, ou allemande, un autre pour la sensibilité du micro si le robot a du mal à nous comprendre, et un bouton FX à enclencher pour des effets spéciaux (sons de lasers par exemple).

          robot_i-que_17

          Sous les pieds, deux compartiments pour 4 piles AA. On notera également les deux petites roues dans les talons, permettant au robot de se déplacer.

          robot_i-que_18

          Passons tout de suite à l’utilisation.

           

          II. Utilisation du robot i-Que

          Pour utiliser ce robot, objet connecté oblige, il faudra commencer par télécharger l’application mobile, sur son smartphone ou sa tablette (dispo sur iOS et Android).

          robot_i-que_1

          robot_i-que_5

          Au lancement, il faut autoriser l’utilisation du micro par l’application:

          robot_i-que_3

          On arrive alors sur l’écran principal. Sur la gauche, une représentation du robot qui pivote, pour l’effet “futuriste”. En dessous, des icones indiquent la bonne connexion en bluetooth (au robot) et à internet (pour la tablette).

          A droite, on trouve les différentes activités possibles avec le robot i-Que:

          robot_i-que_6

          Pour commencer, on peut se rendre dans les paramètres, via la roue crantée en haut à droite, pour ajuster le pays et la localisation, qui permettront par exemple d’avoir la météo locale:

          robot_i-que_9

          Il est ensuite possible de régler les modes “bavard” et “bruyant”. De base, ce robot a tendance à beaucoup parler, si c’est trop pour vous, il est possible de réduire un peu la cadence. Il parle tellement qu’il est parfois difficile “d’en placer une” pour lui poser une question par exemple.

          Le mode “silencieux” et “bruyant” permet en fait de régler le volume de sortie. On aurait aimé que ca règle vraiment le côté “bruyant” du robot, nous reviendrons sur ce sujet un peu plus loin.

          Enfin, en dessous, on peut modifier la voix du robot, si on préfère une voix d’alien, de monstre, etc…

          robot_i-que_10

          Si on le souhaite, on peut également changer le nom du robot.

          robot_i-que_11

          Le i-Que propose différents jeux, comme ce jeu de quizz sur la culture générale. On sélectionne son sujet:

          robot_i-que_7

          Puis des questions sont posées avec chaque fois quatre réponses possibles. Les questions et les réponses sont lues par le robot. Pour jouer, on peut simplement sélectionner la réponse sur la tablette, ou donner le numéro de la réponse oralement au robot.

          robot_i-que_8

          Dans le même genre, il est également possible de jouer au morpion avec le robot, qui agrémente chaque coup d’un petit commentaire.

          Deux fonctionnalités qui fonctionnent plutot bien.

          Parmi les autres fonctions, on peut également piloter le robot avec sa tablette: deux commandes apparaissent permettant de diriger le robot tout droit, ou de le faire pivoter. Un troisième permet de lui faire jouer des bruitages. Pour que ce mode fonctionne, il faut maintenir appuyé le bouton “FX” à l’arrière du robot jusqu’à ce qu’il émette un petit bruitage. En fait les mouvements ne se font qu’au niveau du bassin: pas possible ici de lui faire bouger les bras. Bien qu’articulés, ils ne peuvent être mis en position que manuellement, tout comme les genous de celui ci. Malheureusement ce mode fonctionne assez mal, le robot ayant tendance à plutot faire du sur place. Il se dandine, mais a tendance à tourner sur palce même quand on lui demande d’aller tout droit. Bref, la fonction robot télécommandé est à retirer de son CV :/

          Mais la fonction qui nous intéressait le plus est son interactivité: il est en effet possible de lui poser des questions oralement, sur n’importe quel sujet. Etant connecté à internet (via la tablette, sans elle il perd toute son intelligence), il peut en effet puiser dans ce vaste puits de connaissance. Bon à savoir toutefois, des filtres permettent de ne pas donner accès à n’importe quoi: la violence, le sexe, la vulgarité, ne font pas partie de son vocabulaire. Pour utiliser cette fonction, il ne faudra pas être placé trop loin du robot, sous peine qu’il ne nous comprenne pas. Et il faut bien veiller à parler quand son “oeil” est allumé en rouge. Quand il est éteint, cela signifie qu’il est en train de réfléchir (en fait en train de chercher sa réponse sur la toile ;-).

          Là, malheureusement, le i-Que semble assez caractériel. Parfois il répondra parfaitement. Quelle est la population de la France ? Combien font 2+29 ? Qu’est ce que la domotique ? etc… Attention, il peut être très prolixe sur certains sujets, et parfois la réponse à une question toute simple peut prendre de longues minutes ;-) A noter juste un problème avec “US” qui vient terminer certains mots, sans vraiment savoir pourquoi.

          Parfois, au contraire, soit i-Que nous ignore totalement, ne prenant en compte aucune demande, soit en nous répondant qu’il ne connait pas le sujet. Ceci malgré une bonne connexion à internet. Problème de reconnaisance vocale ? Problème de serveurs distants ? Ou juste des jours où il est mal embouché et ne veut pas discuter ? Difficile à dire.

          L’autre gros problème est le bruit généré par ce robot: on dirait un enfant de 3 ans incapable de tenir en place quand il parle. Le i-Que gesticule dans tous les sens quand il parle et donne une réponse, ceci générant un bruit important, et rendant sa réponse difficilement audible :/ Vraiment dommage. Là, pour le coup, on aurait apprécié que le réglage “bruyant” influe sur ce comportement, et non sur son volume audio.

          Je vous ai fait une petite vidéo pour vous illustrer tout ceci, car ce sera beaucoup plus parlant:

           

          III. Conclusion

          J’aime beaucoup l’idée de ce type de jouet, surtout pour la culture des enfants. Il est un âge où ceux ci aiment poser des questions sur tout et n’importe quoi, où ils découvrent le monde, et ont soif de connaissance. Il y a bien sûr les livres, la TV, mais qui ne donnent pas toujours la réponse demandée au moment où les enfants se posent la question. Internet en dernier recours, quand les enfants savent lire et maitriser l’ordinateur, à condition d’y mettre toutes les protections nécessaires pour les protéger.

          Je trouvais donc ce type de jouet connecté intéressant pour que l’enfant puisse interagir avec, lui poser des questions, et obtenir les réponses adéquates, tout en ayant un système de filtres pour éviter le contenu inapproprié. Malheureusement la reconnaissance vocale s’avère difficile: la voix d’un adulte est mieux reconnue (comparée à la voix de mes filles de 6 et 7 ans), il ne faut pas lui parler de trop loin (une vingtaine de centimètres semble mieux fonctionner), mais surtout tout est lié à la condition que i-Que veuille bien discuter. Et surtout, cette gesticulation bruyante du robot vient gacher l’écoute des réponses: on a du mal à comprendre sa réponse, et cela fait en fait tellement de bruit qu’on préfère  l’éteindre. Ceci doit être réglable logiciellement, donc s’il vous plait, messieurs les développeurs, faites quelque chose !

          Dommage, car l’idée est très bonne et ouvre la voie à de nouvelles possibilités en terme de jouets. Mais pour le moment je serai presque tenté de dire qu’il ne s’agit que d’un jouet bruyant de plus :( A 79€ tout de même, passé l’effet nouveauté, les enfants risquent d’être assez rapidement décus. Il faudra attendre les prochaines évolutions, ce type de jouet n’en étant pour le moment qu’à ses débuts. Pour l’instant je continuerai de jouer mon rôle de papa qui a toutes les réponses (avec l’aide de Google quand même ;-).


          Laissez nous vos remarques et commentaires !

              Laisser un commentaire

              Ne ratez plus aucune news !

              Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

              Merci pour votre inscription !