Choisir les bonnes protections électriques pour son installation domotique

La base d’une installation électrique conforme, et par extension d’un système domotique fiable et performant, réside dans le tableau électrique. Le circuit électrique d’une maison ou d’un local est effectivement accessible via son interface visible : le tableau électrique. Généralement c’est en cas de dysfonctionnement que l’on s’intéresse à cet ensemble de composants électriques. Dans bien des cas il suffit de réenclencher le disjoncteur pour que l’électricité soit rétablie dans le bâtiment. Toutefois si vous prévoyez d’installer ou de remplacer l’une des pièces maîtresses de ce dispositif, l’un des disjoncteurs par exemple, il est intéressant de comprendre son fonctionnement, son rôle et les divers modèles disponibles sur le marché.

Les installations domotiques et les rénovations sont assujetties à la norme NF C 15-100. C’est une garantie de sécurité tant pour les appareils que pour les occupants des lieux. Elle comprend notamment le raccordement à une gaine technique logement (GTL).

jarmoluk / Pixabay

L’interrupteur différentiel

L’interrupteur différentiel (ID) permet de détecter et de couper le courant sur le groupe d’appareils qui y sont reliés. Il est utilisé lors de la maintenance ou lors des arrêts d’urgence. Pour une sécurité optimale il est équipé d’un bouton test. La norme NF C 15-100 impose un nombre d’interrupteurs différentiels proportionné à la taille du bâtiment.

Ce dispositif est généralement installé entre le disjoncteur général et les disjoncteurs divisionnaires.

Selon les équipements qui y sont reliés vous avez le choix entre plusieurs types d’interrupteurs différentiels :

  • Type AC pour les éclairages, prises électriques…
  • Type A pour les appareils utilisant des circuits imprimés sensibles aux variations de courant :lave-linges, matériel informatique, congélateurs…
  • Type B pour les installations fournissant un courant continu : éoliennes, panneaux solaires…

Les disjoncteurs

En aval des fusibles, un disjoncteur assure la coupure du courant secteur lors des sur-intensités. Il assure ainsi la protection des équipements électriques contre les surtensions tout en protégeant les personnes contre les risques d’électrocution. C’est donc une pièce principale d’un circuit électrique. Un disjoncteur défaillant ou inadapté à l’installation en place doit ainsi être obligatoirement remplacé ou paramétré pour fonctionner correctement (dans le cas d’un disjoncteur électronique par exemple).

Une petite vidéo de WATTsUp illustre cela très bien:

Il existe différents types de disjoncteurs. Le choix est vaste dans ces gammes de produits. Schneider propose ainsi par exemple plus de 700 disjoncteurs pour sa gamme IC 60 ! Le rôle des disjoncteurs est d’assurer un arrêt d’urgence sur l’ensemble de l’installation électrique en cas de surtension notamment. Le choix du disjoncteur et son réglage s’effectuent essentiellement en fonction de l’abonnement électrique souscrit. Dans tous les cas, un disjoncteur conforme doit être certifié NF USE.

Le disjoncteur magnétothermique utilise deux types de protections : thermique pour prévenir des surcharges électriques, et par boucles magnétiques contre les courts circuits. La protection magnétique contrôle le courant en entrée et sortie du circuit. En cas d’écart, généralement 30mA pour une habitation, le disjoncteur se met en fonction.

Les disjoncteurs électroniques incluent un écran de contrôle pour leur paramétrage.

Les disjoncteurs divisionnaires sont dotés d’une petite manette qui s’abaisse en cas de surcharge, coupant ainsi l’électricité de tout le circuit.

Enfin les disjoncteurs différentiels prennent en charge la totalité du circuit. En cas de fuite électrique, caractérisée par une différence de puissance entre le courant aller et le courant retour, ils ouvrent le circuit.

Quel type de disjoncteur différentiel pour une installation domotique ?

Sans entrer plus dans les détails techniques, quelque peu rébarbatifs, il est bon de savoir comment choisir son disjoncteur différenciel:

Type A : Ces disjoncteurs sont appropriés pour les équipements standards : éclairages, prises…

Type AC : Pour protéger les équipements utilisant de l’électronique : plaques de cuisson, machine à laver…

Type Hi / Si ou Hpi : C’est le choix approprié pour une installation domotique. Ce type de disjoncteur est utilisé pour les alarmes, les congélateurs, les box domotiques…

Bref, on ne s’improvise pas électricien, il y a des règles de base à bien connaitre pour avoir un système électrique sécurisé et fonctionnel. Ce sera bien sûr l’assurance d’avoir une installation domotique stable, mais également des déconvenues évitées avec son assurance en cas d’accident. Installer son installation domotique soi même, c’est parfaitement réalisable, comme je vous l’ai déjà démontré dans bon nombres de guides, mais il faut le faire en connaissance de cause. Si vos connaissances sont limitées dans le domaine, de nombreux ouvrages sont disponibles sur la question. Ce n’est pas compliqué, mais il faut connaitre les bases.

Last update was on: 20 septembre 2018 10 h 06 min


Laissez nous vos remarques et commentaires !

      Laisser un commentaire

      Ne ratez plus aucune news !

      Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

      Merci pour votre inscription !